/news/politics

Des Québécois incapables de se faire soigner en français: «c'est choquant!» -François Legault

Caucus du Parti la CAQ au centre des Congres de Quebec, mardi le 15 novembre 2022. Le premier ministre Francois Legault a son arrivée.
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Photo d'archives Stevens LeBlanc

Caucus du Parti la CAQ au centre des Congres de Quebec, mardi le 15 novembre 2022. Le premier ministre Francois Legault a son arrivée. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Il n’est pas acceptable que des patients aient du mal à se faire soigner en français dans certains hôpitaux du Québec, estime François Legault, qui promet de corriger la situation. 

• À lire aussi: Nathalie Roy officiellement présidente de l’Assemblée nationale

• À lire aussi: Le trio péquiste absent du Salon bleu

• À lire aussi: Rentrée parlementaire: coup d’envoi de la 43e législature

«Ce n’est absolument pas acceptable, c’est même choquant!», a réagi mardi le premier ministre, au premier jour de la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale. 

Même s’il s’agit d’un droit fondamental au Québec, des patients de différents centres hospitaliers de Montréal n’ont pu être traités en français, a révélé Le Journal. Ces situations se sont produites au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), de même qu’à l’Hôpital général juif, le Lakeshore et le St-Mary’s. 

«J’ai demandé, autant du côté des ordres professionnels que du côté de la Santé, qu’on s’assure que ce soit corrigé», a renchéri François Legault, qui dévoilera les priorités de son gouvernement mercredi lors d’un discours au Parlement. 

Mais déjà, il fait du déclin de la langue française un de ses principaux combats. «On est rendu à moins de 50% de francophones sur l’Île de Montréal», se désole-t-il. Le premier ministre juge que la situation du français dans la Métropole est «dramatique». 

100% d’immigration francophone d’ici 2026

Après l’adoption de la Loi 96, qui réforme la Charte de la langue française, le premier ministre prévoit poser d’autres geste quant à la sélection des nouveaux arrivants. 

«La clé, c’est vraiment autour de l’immigration», répète-t-il. François Legault vise notamment une immigration 100% francophone d’ici 2026. 

Pas question toutefois, «dans un avenir prévisible» d’imposer la Loi 101 au Cégep. Il rappelle que les nouveaux arrivants doivent déjà envoyer leurs enfants à l’école francophone au primaire et au secondaire. «Est-ce que deux ou trois années de Cégep ça changerait la situation? Je pense que l’urgence, c’est vraiment de voir qu’est-ce qu’on fait avec l’immigration», a insisté le premier ministre. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.