/regional/troisrivieres

Les recherches se poursuivent pour tenter de localiser Eduardo Malpica

Les proches d'Eduardo Malpica, disparu depuis quatre jours à Trois-Rivières, poursuivirent leurs recherches et les bénévoles, eux, ont été orientés vers les lieux publics mardi pour tenter de le retrouver.

• À lire aussi: «C’est un cauchemar»: les proches d'Eduardo Malpica dans l'incompréhension

• À lire aussi: Trois-Rivières: Eduardo Malpica demeure introuvable

• À lire aussi: Un homme de 44 ans porté disparu à Trois-Rivières

Sous la recommandation des policiers, des endroits ciblés comme des centres commerciaux ou des restaurants ont reçu des affiches montrant la photo de M. Malpica.

La communication entre le Comité de solidarité de Trois-Rivières et les policiers est désormais bien établie.

«Maintenant on a une personne-ressource qui vient nous voir régulièrement pour nous orienter. Si n'importe qui recueille des informations sur le terrain, on a une ligne directe pour les communiquer avec la police», a expliqué la directrice générale du Comité, Valérie Delage.

Les journées sont cependant de plus en plus difficiles pour les proches et la conjointe du disparu, qui gardent espoir.

«Notre garçon de quatre ans et demi est présentement avec mes parents à Joliette, on essaye le plus possible de le mettre à l'écart de tout ça. De mon côté, c'est d'essayer de garder la tête hors de l'eau de garder la tête froide le plus possible. D'heure en heure, c'est ça qui nous permet d'avancer. J'ai la chance d'être très bien entourée : les amis d'Eduardo, ses collègues, mes propres amis... », a raconté sa conjointe, Chloé Dugas, qui reste forte.

Après quatre jours d'absence, le temps presse et les théories sont nombreuses.

«Quatre jours, c'est déjà très long. Dans les disparitions chez les jeunes personnes, ça arrive souvent qu'il y ait des retours faciles dans le sens que ça peut être des événements qui ont fait que la personne était ailleurs et elle ne désirait pas informer ses proches. La personne peut aussi être juste blessée. Elle peut être dans un coin aussi qui est peut-être difficile d'accès où elle s'est réfugiée», a expliqué le coprésident de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues, Marcel Bolduc.

Grâce aux efforts des bénévoles et à la médiatisation du dossier, de nouvelles informations sont venues aux oreilles des policiers, ce qui les a poussés à reprendre les recherches sur le terrain. Elles avaient été suspendues depuis lundi après-midi.

«On veut ultimement voir s'il n'y aurait pas des résidences qui seraient munies de caméras de surveillance qui pourraient apporter ou non la confirmation que monsieur aurait tenté de rentrer chez lui par exemple. Donc on va vraiment tenter de chercher de l'information additionnelle pour établir les allées et venues de monsieur», a détaillé le porte-parole de la Police de Trois-Rivières, Luc Mongrain.

Sa conjointe fait d'ailleurs appel à ceux et celles qui étaient présents lors de la nuit de vendredi à samedi pour rapporter toutes informations, aussi banales semblent-elles, aux policiers. C'est ce qui pourrait faire la différence.

Les recherches des bénévoles devraient se poursuivre mercredi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.