/news/politics

On a le devoir d'arrêter le déclin du français, dit Legault

Freiner le déclin du français est un « devoir » pour préserver le lien qui nous unit aux autres générations, a affirmé François Legault dans son discours inaugural mercredi après-midi.  

• À lire aussi: Déclin du français : Roberge appelle à «un réveil national» des Québécois

• À lire aussi: Déclin du français: l’appel à un «réveil national» n’est qu’un slogan, clament les oppositions

«En matière d’identité, l’objectif, c’est carrément d’arrêter le déclin du français au Québec, en particulier à Montréal. La langue française, c’est la base de notre identité comme nation. Ça doit être un devoir», a déclaré le premier ministre 

«Qu’est-ce qui resterait de nous si on perdait ce lien fondamental qui nous lie avec les générations précédentes (...)? Tous ensemble, on doit arrêter le déclin du français au Québec et renverser la tendance», a-t-il ajouté. 

François Legault a prononcé son discours d’ouverture à l’Assemblée nationale, mercredi après-midi. Comme le veut la tradition, il a indiqué quelles seront les grandes orientations de son gouvernement pour le mandat qui s’amorce, sous le signe de la continuité. 

«Notre destination, elle est claire. Ce qu’on veut, c’est un Québec plus prospère, plus vert et plus fier», a lancé le premier ministre avant d’expliquer que son gouvernement compte continuer à essayer de combler «l’écart de richesse avec nos voisins», pour «se donner les moyens».  

Comme en 2018, le premier ministre a souligné que l’éducation est «la priorité des priorités». «L’éducation c’est le plus grand levier d’épanouissement personnel et collectif», a-t-il dit.  

Puis, reprenant ses engagements électoraux, il a insisté sur la nécessité de réorganiser le réseau de la santé.  

M. Legault a souligné l’importance d’améliorer l’accès aux soins de première ligne et de faire des établissements de santé des milieux de travail plus humains. Il a également réaffirmé sa volonté de mettre à contribution le communautaire et le privé et de mettre fin au temps supplémentaire obligatoire. 

«Le principal défi, ça reste le personnel. Ce qu’on veut, c’est une approche décentralisée, flexible. On veut aussi créer Agence Santé Québec. On va mettre les opérations à part. On veut une gestion de proximité», a-t-il expliqué.  

Concernant l’immigration, le premier ministre a signifié que son gouvernement cherchera un équilibre entre la pénurie de main-d’œuvre et la protection du français. «L’immigration fait partie du coffre à outils, mais ce n’est pas une solution miracle» à la pénurie de main-d’œuvre, a-t-il affirmé.  

À quelques reprises, François Legault a fait allusion aux attentes du gouvernement québécois envers le fédéral, notamment dans les dossiers de la santé et de l’immigration.  

 Écoutez la rencontre Montpetit-Déry diffusée chaque jour en direct 13 h 55 via QUB radio :
 

Économie verte 

Le grand défi des prochaines années sera la lutte aux changements climatiques, a affirmé François Legault. Après avoir souligné que le Québec émet 50% moins de gaz à effet de serre que les autres états de l’Amérique du Nord, il a exprimé sa volonté «d’aller plus loin et plus vite» dans la réduction des GES. 

Le premier ministre considère que l’atteinte de cet objectif doit être liée avec la réduction de notre écart de richesse avec nos voisins. Il a ainsi plaidé pour une «économie verte», en faisant valoir que le Québec doit se tourner vers la construction d’autobus et de camions électriques, développer la «filière batterie», et se placer en tête de file dans l’exploitation de l’aluminium vert et de l’acier vert. «Ça va être de plus en plus en demande dans le monde», a-t-il remarqué, rappelant son objectif d’atteindre la carbo neutralité en 2050.  

Or, pour réussir la transition énergétique, le Québec devra produire beaucoup d’électricité, a affirmé le premier ministre, qui estime qu’il faudra 100 térawatts/heure de plus que le 200 térawatts/heure que génère actuellement Hydro-Québec. «Le défi, pour les prochaines années, c’est de bâtir un demi Hydro-Québec», a-t-il illustré.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.