/regional/quebec/quebec

Période de rodage: un tramway vide pendant 4 saisons?

Des commerçants du quartier Montcalm sont en colère après une rencontre d’informations avec la Ville de Québec, mercredi dernier, où ils disent avoir appris que le tramway allait circuler vide pendant près d'un an.

• À lire aussi: Une redevance sur le tramway pour financer la part de la Ville de Québec

• À lire aussi: Le tramway aura des répercussions à l'école secondaire De Rochebelle

• À lire aussi: Tramway de Québec: aucune inquiétude pour les fonds fédéraux, selon Bruno Marchand

«Ils nous ont dit que le tramway serait vide pendant 4 saisons pour faire des essais. Apparemment, ils auraient échappé cette information-là, mais il y avait quand même une cinquantaine de témoins je vous dirais, de commerçants, qui étaient là. Ils ont dit vouloir faire des essais pendant 4 saisons entières pour être sûrs de ne pas commettre les erreurs qu’ils ont commises à Ottawa avec le tramway», affirme Marc-Antoine Munoz, propriétaire du restaurant La Scala.

Les commerçants craignent que cette longue période d’essai ne perturbe leurs activités.

«On a appris qu’il allait y avoir juste 600 véhicules qui allaient passer sur René-Lévesque dans la voie piétonne au lien de 17 000», mentionne M. Munoz. «S’ils veulent descendre à 600 véhicules par jour au lieu de 17 000 et qu’en plus il n’y a pas d’autobus et qu’en plus il n’y a pas de passagers dans le tramway, ça va être des impacts dramatiques pour tout le secteur.»

La Ville confirme qu’une période de rodage sera nécessaire pour s’assurer de la bonne marche du tramway, mais elle a tenu à apporter certaines précisions. 

«Pendant la marche à blanc, le tramway ne va pas rouler pendant un an de temps sans personne dedans», assure la responsable des relations avec les citoyens dans le dossier du tramway et présidente du Réseau de transport de la Capitale (RTC), Maude Mercier Larouche.

Selon la Ville, une première phase de tests se déroulera principalement au Centre d’exploitation et d’entretien du tramway, à partir du secteur Le Gendre, jusqu’au pôle de Sainte-Foy. Une période de marche à blanc de six mois suivra, toujours entre le secteur Le Gendre et l’Université Laval. 

«Pour la suite des choses, pour les tests le long du tracé du tramway qui vont suivre la période de marche à blanc, ce sera seulement de quelques semaines. Donc ce n’est pas vrai que ça va nuire finalement aux commerçants», explique Mme Mercier Larouche, qui affirme que les autobus du RTC demeureront en fonction tout au long de cette période.

Les essais devraient durer entre 6 et 8 mois au total. La Ville croit que ceux-ci sont capitaux, notamment pour vérifier son fonctionnement lors de la période hivernale. 

«On le fait pour s’assurer de la fiabilité du tramway, de sa performance pour qu’une fois que les gens, nos passagers embarquent à bord tout soit fonctionnel et que le tramway roule sur ses rails de façon impeccable.»

TVA Nouvelles a mis la main sur un document transmis aux élus en mars 2022, qui mentionne cette marche à vide, dont le début est prévu pour le 1er février 2028. Pourtant, les commerçants du secteur Montcalm affirment en avoir été informés seulement la semaine dernière. 

«On avait dit qu’on ferait un effort de communication suite à l’élection du maire, qu’on améliorerait les communications, mois je ne vois aucun changement», souligne le chef de la deuxième opposition à l’hôtel de ville de Québec, Patrick Paquet. «On fait des séances d’informations, mais on a l’impression qu’on ne donne pas toute l’information. On a l’impression que c’est improvisé.»

La rue partagée toujours loin de faire l’unanimité

Par ailleurs, la rue partagée que la Ville veut aménager sur le boulevard René-Lévesque continue de soulever des inquiétudes.

«Il faut qu’ils nous prouvent que ça passe», lance Yves Ledoux, le propriétaire du Pub Galway.

Les commerçants s’inquiètent de l’espace qui sera disponible pour les camions et services de livraison, entre autres.

«S’il n’y a plus d’accès, tous les commerces vont fermer sur René-Lévesque», mentionne Grégoire Martineau, le propriétaire de la boutique Muse.

L'apect de la sécurité soulève aussi de nombreux questionnements.

«C’est déjà pas assez large dans l’état actuel des choses. Alors soumettez les piétons, les cyclistes, les automobilistes ensembles, ça va être dangereux, ce ne sera pas fonctionnel, c’est une évidence», souligne M. Munoz.

La Ville de Québec promet de répondre à leurs inquiétudes d’ici la fin de la semaine.

- Avec les informations de Zoé Couture

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.