/regional/montreal/laurentides

Un agriculteur d'Oka menacé d'éviction

EXCLUSIF | Regain de tensions dans la municipalité d’Oka près de Kanesatake alors qu’un autochtone, Al Harrington, ordonne à un agriculteur de quitter sa terre qui ne lui appartiendrait pas. Il a jusqu’au printemps pour le faire, a appris TVA Nouvelles.

Cette intervention est perçue comme une menace par le président des Jardins de Vegibec, l’entreprise visée par l’avis d’expulsion. Pascal Lecault a porté plainte mardi à la Sûreté du Québec (SQ) pour intrusion parce qu’Al Harrington s’est présenté à son domicile du rang Sainte-Sophie, samedi dernier.

M. Harrington, qui n’est pas Mohawk, mais qui habite le territoire de Kanesatake écrit dans sa lettre que Vegibec doit quitter ses locaux d’ici le printemps et que ces terres font partie du territoire ancestral et sont donc soumises à la Grande Loi de la Paix, «sous l’autorité de laquelle nous revendiquons l’autorité de vous évincer. Votre accès à cette terre a été décidé en vertu du droit colonial. Cette terre a été volée aux Kanien'kehá:ka par des fonctionnaires coloniaux français, puis vendue illégalement à la municipalité d’Oka. Aucun nombre d’années d’occupation ne peut justifier ce vol. Si vous ne vous conformez pas à l’avis d’expulsion, les membres de la communauté prendront toutes les mesures disponibles contre l’utilisation et une perturbation significative de toute votre activité commerciale.» 

Le maire d’Oka déplore cette menace d’éviction. «On voit ça un peu comme de l’intimidation, des menaces injustifiées. C’est un peu déplorable de constater ses agissements. Ça crée encore inutilement des tensions entre nos deux communautés. On voit ça comme de l’incompréhension de la part de M. Harrington ou une forme de racisme envers des Blancs qui résident sur le territoire de Kanesatake», avance Pascal Quevillon.

Pascal Lecault explique pourquoi il a porté plainte à la SQ. «C’est une menace à mon endroit et à l’endroit de notre entreprise. Ce monsieur-là s’amuse beaucoup sur les réseaux sociaux à dénigrer notre compagnie.»

Me Lecault assure qu’il ne quittera pas ses terres. «Jamais! Il n’en est pas question», lance-t-il fermement.

Selon ce qu’a appris TVA Nouvelles, Al Harrington n’aurait pas l’appui du conseil de bande de Kanesatake. Il agirait seul ou avec un groupe. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.