/news/politics

André Fortin veut couper les ponts avec la monarchie

Marcel Tremblay/Agence QMI

Le député libéral André Fortin «ne porte pas la monarchie dans son cœur», et il appuierait son abolition lors d’un éventuel référendum sur la question. 

• À lire aussi: Les 3 députés péquistes refusés au Salon bleu

• À lire aussi: François Legault déposera un projet de loi pour abolir le serment au roi

• À lire aussi: Serment au roi: les libéraux veulent «travailler rapidement» pour changer la loi

«Je n’ai rien contre le roi lui-même, je suis certain que c’est une bonne personne. Mais la monarchie ce n’est pas quelque chose que je porte particulièrement dans mon cœur», a dit le député de Pontiac lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale jeudi matin. 

M. Fortin a dit ne pas avoir eu de plaisir à prêter serment au roi, mais qu’il l’a fait «pour pouvoir siéger». Il considère qu’une «bonne conversation» devrait avoir lieu sur le rôle de la monarchie dans le système politique canadien. 

«Il y a d’autres pays qui ont eu cette conversation-là. Si l’Australie est capable d’avoir cette conversation qui mène jusqu’à un référendum sur cette question-là, je ne vois pas pourquoi le Canada serait incapable d’avoir une telle conversation», a-t-il expliqué. 

Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct via QUB radio: 

Le député libéral voterait-il «oui» à un référendum sur l’abolition de la monarchie au Canada ? «La réponse est oui, absolument», a répondu le principal intéressé, en ajoutant toutefois qu’il ne s’agit pas de la position de son parti, mais seulement la sienne propre.   

«Il n’y a pas eu de discussion au caucus libéral sur cette question-là», a-t-il précisé. 

Le chef intérimaire du PLQ, Marc Tanguay, a affirmé hier que son parti ne posera pas de condition sine qua non pour donner son appui au projet de loi visant à rendre le serment au roi facultatif, et qu’il souhaite que celui-ci soit adopté rapidement. 

«Le serment au roi est dépassé», a-t-il alors dit. 

Les trois députés du Parti québécois refusent toujours de prêter serment au roi, même si cela les empêcher de siéger au salon bleu. Ils tenteront d’y entrer malgré tout jeudi. 

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin Barrette, a dit mardi qu’il souhaite que son projet de loi visant à rendre le serment facultatif soit adopté avant Noël avec le consentement des autres partis. Québec solidaire a aussi l’intention de déposé son propre projet de loi à cet effet jeudi. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.