/news/world

Invasion de l'Ukraine: 7,5 milliards d'avoirs russes gelés en Suisse

Le montant des avoirs russes gelés en Suisse suite aux sanctions prises contre Moscou après son invasion de l'Ukraine s'élevait à 7,5 milliards de francs suisses (7,6 milliards d'euros) au 25 novembre, a indiqué jeudi le secrétariat d'État à l'Économie (Seco). 

C'est presque un milliard de francs suisses de plus que le montant qui avait été rendu public par le Seco en juillet.

La Suisse est une destination prisée pour les Russes argentés ou des entreprises du pays, notamment parce que c'est une plaque tournante du négoce de matière premières.

Aux 7,5 milliards s'ajoutent aussi 15 biens immobiliers dans six cantons suisses, a indiqué le Seco mais sans donner d'autres précisions sur la nature de ces biens.

Erwin Bollinger, qui est responsable des relations économiques bilatérales au Secrétariat d'État, a néanmoins expliqué que le montant «ne reflète pas l'efficacité des sanctions», lors d'un point de presse.

En effet, les autorités suisses sont parfois amenées à bloquer des fonds à titre préventif, le temps de faire les vérifications nécessaires et évaluer s'ils tombent sous le coup des nombreuses sanctions infligées à la Russie depuis son invasion de l'Ukraine le 24 février.

Si les fonds s'avèrent exempts des sanctions, après un examen qui peut s'avérer compliqué et chronophage, ils sont alors débloqués.

Le Conseil fédéral, le gouvernement suisse, a décidé très vite après le début de l'invasion de s'aligner sur les sanctions prises par l'Union européenne, non sans être critiqué par ceux qui y voient une atteinte au sacro-saint principe de neutralité de la Confédération helvétique.

Les banques ont l'interdiction d'accepter des dépôts de ressortissants russes ou de personnes physiques et morales établies en Russie si la valeur totale des dépôts par personne dépasse 100 000 francs. Une mesure alignée sur l'Union européenne.

Au total ce sont 46,1 milliards de francs qui ont été déclarés dans le cadre des sanctions contre la Russie et 400 millions de francs concernant le Belarus. L'interdiction de déposer des fonds et l'obligation de déclarer ne s'appliquant pas aux ressortissants suisses ou d'un État membre de l'Espace économique européen, les 46,1 milliards de francs ne reflètent donc pas le total des fonds d'origine russe détenus en Suisse, précise le Seco.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.