/regional/sherbrooke/centreduquebec

Préposé accusé d'agression sexuelle : il aurait déjà fait l'objet de plaintes de maltraitance

La fille d’un résident de la Seigneurie le Victorin affirme avoir porté plainte trois fois depuis l’été dernier contre un préposé aux bénéficiaires, aujourd’hui accusé d’agression sexuelle sur une autre résidente.

• À lire aussi: Un préposé aux bénéficiaires accusé après une possible agression sexuelle sur une aînée de Victoriaville

• À lire aussi: Possible agression sexuelle sur une aînée de Victoriaville

Lucie Beaudoin accuse la direction de la résidence pour personnes âgées d’avoir fait preuve de laxisme.

«Je suis en colère contre la direction. Si on nous avait écouté, cette dame n’aurait pas subi ces sévices», a raconté Mme Beaudoin, bouleversée par la tournure des événements.

Léo Godin, un préposé aux bénéficiaires de 67 ans, fait face à une accusation d’agression sexuelle sur une victime alléguée âgée de 79 ans.

Les faits se seraient produits dimanche dernier à Victoriaville et St-Eulalie. Il a été congédié le jour même, au moment de la dénonciation.

«J’ai porté plainte à trois reprises contre cet employé pour de la maltraitance qu’il a fait subir à mon père, a raconté Lucie Beaudoin. La direction a fait en sorte que Léo Gaudin ne soit plus en contact avec mon père mais il a continué à travailler à la résidence. Je suis choquée.»

Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec a réagir par écrit : «Pour nous c'est tolérance zéro en ce qui concerne tout type d'abus. Nous offrons toute notre collaboration dans l'enquête en cours. En ce qui concerne les plaintes, nous invitons la dame ou toute personne qui a des informations à divulguer ou en informer les services policiers.»

La résidence a réagi plus tard dans la journée aux demandes de TVA Nouvelles.

«Comme c’est la procédure chaque fois qu’une plainte est faite, une enquête interne est menée pour nous assurer, en tout temps, de la sécurité des résidents.es. Dans ce cas précis, il y a eu, dès la plainte, un arrêt de service par l’ex-préposé. Nous avons agi avec bienveillance dans le contexte.

Il ne faut pas tout mélanger. Dans un cas, il s’agit d’un résident insatisfait des soins prodigués et dans l’autre cas, il s’agit d’une accusation d’agression sexuelle. Dans le premier cas, nous avons changé le préposé pour donner les soins au résident et dans l’autre, nous l’avons congédié sur-le-champ.

Je réitère que nous sommes bouleversés par la situation, que nous avons agi rapidement et que notre priorité est le bien-être et la sécurité quotidienne de nos résidents», déclare le gestionnaire de la Résidence la Seigneurie Le Victorin, Félix-Antoine Jacques.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.