/news/politics

Sommet de traversées au chemin Roxham

Le nombre d’interceptions par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de migrants illégaux qui traversent la frontière par le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, atteint un sommet. 

• À lire aussi: «C’est pire qu’une prison»: un nouveau centre détenant des migrants dénoncé à Laval

• À lire aussi: Chemin Roxham: un donateur libéral signe pour plus de 28 millions $ du gouvernement

En octobre, un record de 3901 interceptions de migrants a eu lieu.

Le total depuis le début de l’année s’élève à 30 747 interceptions, selon des chiffres consultés par TVA Nouvelles sur le site d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Des sources indiquent que la journée de mercredi a été particulièrement occupée sur le chemin Roxham. 

Les agents de la GRC y sont nombreux sur place. Des travaux sont présentement en cours pour remplacer une tente par un complexe modulaire, une installation pour sécuritaire à l’approche de l’hiver.

Il y a quelques semaines, on apprenait qu’Ottawa a versé 28M$ aux entreprises de l’homme d’affaires Pierre Guay, qui possède des terrains que le fédéral loue depuis plusieurs années à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Négociation avec Ottawa

Le gouvernement du Québec assume la facture, mais Ottawa doit par la suite rembourser.

Selon les informations de TVA Nouvelles, la facture actuelle s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Le cabinet de la nouvelle ministre québécoise de l’Immigration, Christine Fréchette, refuse de dévoiler le montant exact de la facture qui sera soumise à Ottawa pour remboursement parce qu’ils sont «en négociation».

Cela dit, il est beaucoup question de francisation et des défis qui attendent le gouvernement Legault en cette matière. 

Pierre Fortin, professeur émérite de sciences économiques à l'UQAM, était l’invité de Mario Dumont ce matin à ce sujet.

«Si Ottawa voulait nous aider au Québec, aider M. Legault à atteindre son objectif d’augmenter la proportion d’immigrants permanents qui comprennent le français, et bien là, ce serait une bonne idée de regarder ce que fait la Suisse, de demander à Ottawa par exemple de dire : nous pour admettre un immigrant au Québec on doit lui faire passer un test qui détermine si oui ou non il comprend suffisamment bien le français», dit-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.