/news/society

Code «Poly» pour des marchandises proarmes: une survivante de la tuerie de Polytechnique choquée

L’utilisation d’un code promotionnel «Poly» créé par la Coalition canadienne pour les droits des armes à feu afin de promouvoir l’achat de marchandises sur son site web a suscité vendredi l’indignation d’une survivante de la tuerie de Polytechnique.

«Je trouve que c’est un manque de respect incroyable à l’égard des victimes, mais aussi à l’égard de ce que représentent pour la société québécoise les événements de Polytechnique», a témoigné Nathalie Provost, survivante de la tragédie du 6 décembre 1989, en entrevue à TVA Nouvelles.

Son choc était partagé vendredi soir par Polytechnique Montréal à quelques jours du 33e anniversaire du féminicide.

Tracey Wilson, vice-présidente des relations publiques de la Coalition, avait notamment fait la promotion de cette offre dans un tweet publié le 20 novembre dernier. «Économisez 10% avec le code promotionnel POLY», est-il possible de lire sur son compte.

Cette publication avait été faite en réponse directe à un tweet de l’organisation PolySeSouvient, qui dénonçait la marchandise promue par la Coalition.

«Nous voyons dans cette instrumentalisation d'un événement tragique non seulement une provocation de très mauvais goût, mais avant tout une insulte à la mémoire des victimes, envers les personnes blessées, leurs familles et la communauté de Polytechnique toute entière», a indiqué Polytechnique Montréal par communiqué.

De la colère chez les proarmes

Selon Mme Provost, la stratégie choisie par Ottawa pour assurer un meilleur contrôle des armes à feu ne changera pas grand-chose à la perception des proarmes au pays.

«Je pense que peu importe la stratégie qu’on adopte pour militer pour un contrôle des armes à feu plus élevé, il y aura de la colère», a-t-elle indiqué.

En ce qui concerne le projet de loi fédérale C-21 sur le contrôle des armes à feu, la survivante se dit satisfaite de son avancée.

«C’est un juste milieu, c’est une demande qu’on a depuis très longtemps. [...] Ce qu’on souhaite, c’est limiter les armes de style d’assaut, pas d’empêcher les gens de chasser», a-t-elle soutenu.

Rappelons qu’un tireur avait tué 14 femmes à l’École Polytechnique de Montréal en décembre 1989.

Voyez la réaction d'une survivante de le tuerie de 1989 dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.