/news/faitesladifference

Éduquons nos jeunes à avoir un meilleur esprit critique

STOCKQMI-ÉCOLE

Photo d'archives, Agence QMI

Départager le vrai du faux dans les nouvelles et dans les médias sociaux devient de plus en plus difficile. À la base, le terme désinformation amenuise l’impact réel de ce fléau. 

Le problème n’est pas seulement la manipulation de l’information, mais les gestes qui peuvent être posés et les conséquences qui en découlent. Le meilleur remède pour combattre ce problème : une plus grande intégration des avancées scientifiques dans l’enseignement et le développement d’un meilleur esprit critique chez les élèves.

Formation continue des enseignants

La responsabilité est collective et la solution est somme toute assez simple : elle passe par un renforcement de la formation continue des enseignants en sciences, leur permettant d’actualiser en continu leurs connaissances. Elle passe aussi par une mise à niveau des programmes scolaires. En effet, les avancées scientifiques sont nombreuses et constantes, la science évolue à tous les jours et son enseignement doit s’adapter au même rythme.

Adaptation du programme

Il est nécessaire d’adapter le programme scolaire en science afin de prendre en compte les nouvelles avancées scientifiques, que ce soit dans le domaine de l’intelligence artificielle, du quantique ou de la génomique, afin de mettre l’efficience et l’efficacité au cœur des transformations en santé, en environnement, en agriculture et autres virages essentiels qui visent le mieux-être de notre population. Par conséquent, le programme scolaire doit être revu et ceux qui enseignent les sciences doivent être soutenus et accompagnés. Ce sont ces nouvelles avancées qui viendront aiguiser et enrichir l’esprit critique de nos jeunes.

Le coffre à outil scientifique des élèves, en particulier au secondaire, leur permet de jeter un regard critique adapté aux problèmes du monde dans lequel ils vivent; afin de réellement les intéresser et mieux les outiller, le programme scolaire doit être mis à jour.

Comme le disait Voltaire : « Quand la vérité est évidente, il est impossible qu’il s’élève des partis et des factions. Jamais on n’a disputé s’il fait jour à midi. »

Marie-Kym Brisson, PDG interim, Génome Québec

Pierre Chastenay, professeur titulaire, département de didactique, UQAM

Patrice Potvin, professeur titulaire, département de didactique, UQAM

Patrick Charland, professeur titulaire, département de didactique, UQAM

Camille Turcotte, Directrice générale chez Association pour l'enseignement de la science et de la technologie au Québec (AESTQ)

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.