/news/politics

L’Assemblée nationale condamne la répression des femmes en Iran

Photo Marc-André Gagnon

Les différents partis représentés à l’Assemblée nationale ont condamné d’une seule voix, les violences et la répression que subissent les femmes en Iran, en contestant l’État théocratique qui y sévit.  

• À lire aussi: L'Iran fait état de plus de 300 morts depuis le début des troubles

• À lire aussi: Une célèbre actrice libérée sous caution en Iran

• À lire aussi: Une dizaine d'actrices iraniennes se rassemblent sans voile en soutien aux manifestations

L’adoption d’une motion transpartisane a donné place à un moment chargé en émotion sur les tribunes des visiteurs du Salon bleu, où des représentantes de la diaspora iranienne prenaient place pour l’occasion, vendredi. 

«Que l’Assemblée nationale unisse sa voix pour condamner la violente répression des manifestations et les abus aux droits de la personne commis par le régime théocratique iranien envers sa population depuis la mort de la jeune femme kurde, Mahsa Amini», mentionne la motion adoptée à l’unanimité. 

«Qu’elle affirme son entière solidarité aux femmes en Iran qui prennent part à une véritable révolution féministe et démocratique en sortant dans la rue sans voile, au péril de leur vie, pour défendre leurs droits et ceux des générations futures», poursuit le texte, dans lequel les élus saluent également la solidarité des hommes iraniens qui manifestent avec leurs concitoyennes. 

Biron justifie son absence

En marge de la période des questions, la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Condition féminine, Martine Biron, a dû justifier pourquoi elle avait délégué à sa collègue Sylvie D’Amours, la tâche de participer à un point de presse transpartisan organisé un peu plus tôt à ce sujet. 

«Je pense qu'il faut mettre les députés qui ont de l'expérience à contribution. C’était un dossier qui l'intéressait, alors je lui ai demandé de le faire alors que je partais en mission à Paris et à Djerba», a expliqué la ministre Biron. 

«On est 90, vous allez en voir de plus des députés qui vont s'impliquer, qui vont avoir différents mandats de la part des ministres», a-t-elle prévenu. 

La députée solidaire Ruba Ghazal, qui est l’instigatrice de cette motion, a souligné à quel point elle est bouleversée par le soulèvement historique qui se déroule en Iran. 

«Je suis moi-même d'origine palestinienne, comme vous le savez, donc je viens du Moyen-Orient, et pour moi, ce qui se passe en Iran, ça vient me chercher profondément dans mon cœur et dans ma chair», a-t-elle déclaré. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.