/regional/saguenay

Les maisons d'hébergement pour femmes violentées débordent

La situation n'est pas facile dans les maisons pour femmes victimes de violence puisque le taux d'occupation dans certaines résidences du Saguenay-Lac-Saint-Jean peut frôler les 130% actuellement.

• À lire aussi: Sensibiliser contre la violence conjugale

Il s’agit donc d’une situation difficile pour les victimes, mais aussi de choix déchirants pour les responsables de ces ressources d'aide.

Cette situation est observée dans plusieurs maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales.

«Ça représente plus de 300 refus d'hébergement. Le nombre de refus, ce n’est pas le nombre de personnes. Une femme peut faire deux-trois demandes», a confirmé Marie-Claude Bouchard, directrice générale du centre féminin.

La demande est plus forte depuis avril et les différentes maisons de la région unissent leurs forces pour s'entraider.

«On entend beaucoup parler des féminicides dans les médias, heureusement les femmes appellent plus vite pour recevoir de l'aide», a indiqué Cynthia St-Louis, intervenante à la chambrée.

Malgré l'augmentation, les intervenantes invitent les femmes à ne pas hésiter à cogner à leur porte. Les femmes peuvent aussi communiquer avec SOS Violence conjugale pour recevoir de l'aide.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.