/news/law

Son chien blesse son amie: elle devra payer 80 000$

Bella et Fido, les chiens de Lindalise Boudreau. Le labrador a cassé la jambe de Josée Chevarie lors d’une promenade en 2017, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo tirée de Facebook, Lindalise Boudreau

Bella et Fido, les chiens de Lindalise Boudreau. Le labrador a cassé la jambe de Josée Chevarie lors d’une promenade en 2017, aux Îles-de-la-Madeleine.

Une résidente des Îles-de-la-Madeleine devra payer près de 80 000 $ à une amie parce que son labrador lui a cassé un genou lors d’une promenade. 

« L’accident du 14 avril 2017 est venu rendre encore plus précaire sa situation et a affecté de façon importante sa qualité de vie », a tranché le juge Benoît Moulin, de la Cour supérieure, le 24 novembre dernier. 

Josée Chevarie recevra donc 79 893,70 $ de Lindalise Boudreau et de son assureur, Unique Assurances générales.  

Les deux Madeliniennes étaient allées promener leurs chiens à la Butte du vent, un endroit bien connu de l’archipel, au printemps 2017. 

Après s’être déplacées dans le champ pendant quelques minutes, les deux femmes qui se connaissent depuis quelques années et qui se fréquentaient à l’occasion se sont arrêtées pour discuter, laissant les trois chiens en liberté.

Puis, Fido, le labrador de Mme Boudreau, s’est dirigé à toute vitesse sur Mme Chevarie, fonçant dans sa jambe droite. 

« J’ai entendu “crac”, puis le reste, j’ai perdu connaissance, je ne me rappelle de rien », a-t-elle expliqué lors de son témoignage hors cour. 

Les premiers répondants ont alors été dépêchés sur place, car le véhicule de Mme Boudreau s’était enlisé dans le champ et ne pouvait pas transporter la blessée. 

Mme Chevarie a été hospitalisée pendant trois semaines, notamment dans un hôpital de Québec où elle a dû subir une chirurgie pour une fracture à son genou droit. 

Elle s’est par la suite déplacée en fauteuil roulant, puis à l’aide d’une marchette et finalement avec des béquilles, qu’elle utilise encore à l’occasion.

Déjà mal en point

Josée Chevarie a officiellement été déclarée invalide en janvier 2018. La dame de 55 ans s’était également fracturé le tibia gauche lors d’un accident de travail en 2013 et n’avait pas pu travailler depuis. 

« Avant le 14 avril 2017, elle pouvait compenser la faiblesse de son genou gauche par l’utilisation de son genou droit. Elle ne le peut plus », affirme le juge Moulin.

Comme elle n’a pas été en mesure de se reloger dans un logement au rez-de-chaussée, Mme Chevarie vit dans un appartement au premier étage, qui lui demande de gravir 15 marches pour s’y rendre. 

« L’exercice lui est pénible », a mentionné le juge. 

Il est difficile pour elle de monter et descendre de son auto, seul moyen de transport accessible aux Îles. Ses freins ont aussi dû être adaptés afin qu’elle puisse conduire en limitant la douleur. 

Josée Chevarie réclamait 573 000 $ à Lindalise Boudreau et à son assureur. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.