/regional/saguenay

Un ex-cadre d'Alma congédié à nouveau devant la justice

Un ex-cadre de la Ville d'Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui avait été congédié pour une agression sexuelle sur une employée à l'automne 2021, fera face à de nouvelles accusations.

Eric Jean devait recevoir sa sentence cette semaine. Il se serait cependant introduit par effraction dans une résidence privée le 8 septembre dernier pour y commettre une agression sexuelle sur une autre plaignante. La sentence a donc été repoussée.

«S'il est reconnu coupable de ces dernières accusations, le tribunal pourrait considérer qu'il s'agit d'une récidive en cours de procédures judiciaires», craint son avocat, Me Jean-Marc Fradette. «Nous prendrons le temps d'étudier le dossier pour voir comment réagir.»

Les ennuis avec la justice d’Eric Jean ont débuté en novembre 2021, alors qu'il était notamment responsable de travaux d'horticulture au sein de la Ville d'Alma.

L'homme de 47 ans s'est présenté le 6 novembre 2021 chez une employée subalterne en compagnie d'un autre travailleur sous ses ordres. Ses avances sexuelles sur la femme sont repoussées, mais il pose des gestes répréhensibles.

«Il a admis avoir touché au soutien-gorge et d'avoir posé sa tête sur la poitrine de la femme», a relaté Me Fradette. «Il l'avait texté durant la journée, elle n'avait pas montré d'intérêt, mais les deux hommes se sont présentés quand même.»

La femme a porté plainte à la police. L'employeur, la Ville d'Alma, est rapidement informé des événements. Sans même attendre la conclusion du processus judiciaire, Eric Jean a été congédié sans contester la décision. La Ville a statué qu'il avait abusé de son lien d'autorité.

«Le patron doit toujours se rappeler qu'il fait affaire avec des subalternes», a expliqué Me Fradette. «Il a tenté d'obtenir des choses que la victime ne voulait pas. C'est du harcèlement sexuel. Le Droit du travail est très limpide à ce sujet. On ne peut pas faire ça.»

L'autre témoin de l'agression n'a jamais été accusé de quoi que ce soit.

«Il n'était qu'un témoin, sur place à la demande de M. Jean», a souligné Me Fradette.

Depuis son congédiement, l'accusé avait lancé sa propre entreprise. Il reviendra devant le tribunal en mars prochain. Il a été impossible de rejoindre un représentant de son ex-employeur.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.