/news/society

À quel genre d’hiver doit-on s’attendre cette année?

Divers annonceurs météorologiques ont récemment publié leur aperçu des mois à venir, et annoncent un hiver difficile, nourri de plusieurs tempêtes de neige; le météorologue Gilles Brien nous donne son avis.

• À lire aussi: Du soleil vendredi en attendant une autre tempête ce week-end

• À lire aussi: Automobilistes, avez-vous posé vos pneus d’hiver?

En entrevue à TVA Nouvelles, le météorologue relativise d’emblée ces propos en rappelant la grande incertitude de ces aperçus.

«On s’entend, une prévision de trois mois... On a de la difficulté parfois à prévoir sur trois jours, alors sur trois mois, c’est assez compliqué. Ce ne sont pas des prévisions qui vous donnent la météo sur votre perron. Tout ce que ces prévisions-là à long terme vous disent, c’est si les températures vont s’écarter des valeurs normales, oui ou non? Et est-ce que les quantités de précipitation seront normales ou pas», détaille M. Brien.

Écoutez l'entrevue avec l’expert en changement climatique Patrick De Bellefeuille à l’émission de Philippe-Vincent Foisy via QUB radio :  

Les changements climatiques rendent par ailleurs ces prévisions plus incertaines encore.

«Les températures depuis une trentaine d’années se sont beaucoup réchauffées au Québec. On a des hivers de plus en plus chaud : le mois de décembre est de plus en plus chaud. Donc si je vous dis qu’on va s’écarter des valeurs pour avoir des températures plus froides... bof, c’est toujours par rapport à quoi?», fait remarquer M. Brien.

Une chose toutefois est certaine : les temps froids sont à nos portes.

«Ce qu’on sait, c’est certainement que vous avez de l’air froid qui est en train d’atteindre le Québec. Sur l’Ontario, sur les prairies canadiennes, il y a un vortex polaire bien installé, alors le froid s’amène sur le Québec. On a été quand même épargné depuis quelques semaines, mais là dans les prochains jours on va le sentir», assure M. Brien.

Noël blanc?

La perspective d’un Noël blanc est par ailleurs à envisager, puisque le mois de décembre devrait atteindre des températures suffisamment basses pour assurer le gel du sol et l’accumulation de la neige.  

«Pour le mois de décembre, ça va être assez turbulent. La semaine prochaine on va tomber sous des valeurs de congélation pour au moins deux à trois semaines. Avec ça on va favoriser de l’air plus froid et un sol qui sera gelé, avec la capacité de garder la neige», explique le météorologue.

Bien que les prétentions de certaines régions d’avoir un Noël blanc soient mieux assurées que d’autres, les vents froids à venir placeront peut-être en décembre la métropole sous la neige.

«Les régions à l’est de Québec, c’est pas mal certain. Au nord du lac Saint-Jean, c’est garanti... c’est une probabilité de 90 % par année. Montréal toutefois, c’est 75 % traditionnellement la chance d’avoir un Noël blanc. De plus en plus, c’est plutôt vert ou brun, mais cette année avec l’air froid qui s’amène dans les prochains jours [ça s’annonce bien]», conclut M. Brien.

Les prochains jours seront toutefois marqués par une période de pluies.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.