/news/world/guerre-en-ukraine

Les autorités ukrainiennes appellent la population à «tenir» face aux pannes d'électricité

Les autorités ukrainiennes ont appelé samedi la population à «tenir» face aux coupures de courant qui rythment désormais leur vie quotidienne à la suite de frappes russes ces dernières semaines qui ont largement endommagé le réseau électrique national. 

• À lire aussi: Poutine juge «inévitable» de bombarder les infrastructures énergétiques ukrainiennes

• À lire aussi: Poutine veut utiliser l'hiver comme «une arme de guerre»

«À partir de lundi, j'exigerai qu'Oblenergo (un opérateur) revoie les horaires de la région. Il y aura très probablement des arrêts de quatre heures», a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Mykolaïv (sud), Vitaliï Kim. 

Il a décrit une «consommation en hausse» d'électricité, ce qui selon lui doit nécessiter des interruptions plus longues de façon à soulager le réseau électrique régional. 

«Il faut tenir», a-t-il lancé aux habitants de sa région. 

La Russie a massivement bombardé depuis octobre les installations énergétiques ukrainiennes, provoquant de graves dégâts et entraînant des coupures de courant qui affectent des millions d'Ukrainiens, plongés chaque jour dans le noir et le froid. 

Sur le terrain militaire, les combats sont «durs» dans l'est du pays car «les Russes ont eu le temps de se préparer» aux attaques de Kyïv, a indiqué à la télévision ukrainienne le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. 

«Les forces armées ukrainiennes poussent lentement à travers la (défense) russe en direction de Svatové-Kreminna», a-t-il toutefois noté, sans donner plus de détails. 

Selon un bulletin matinal de l'armée ukrainienne, la situation est «difficile» près de Bakhmout, dans la région de Donetsk, que les Russes tentent de conquérir depuis l'été sans y parvenir à ce stade. 

La bataille autour de cette ville a pris une importance d'autant plus symbolique pour les responsables russes que sa conquête viendrait après une série d'humiliantes défaites, avec les retraites de Kharkiv (nord-est) en septembre et Kherson (sud) en novembre.  

Les mêmes «difficultés» sont rencontrées par les troupes de Kyïv dans la région de Kherson (sud), d'où l'armée russe s'est en partie retirée en novembre, disant vouloir consolider ses positions. 

«Les Russes ont bombardé Kherson (et) endommagé les réseaux électriques», peut-on lire dans ce rapport publié samedi matin. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.