/news/faitesladifference

Les personnes handicapées ne veulent pas être prisonnières de l’hiver

Photo d'archives

À l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) réclame le respect des politiques et règlements de viabilité hivernale au Québec. 

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Au cours des derniers jours, alors que quelques centimètres de neige sont tombés sur le Québec, des dizaines de plaintes ont déjà été formulées par nos membres selon lesquelles les trottoirs, les boutons poussoirs et les bateaux bavés n’étaient pas dégagés et ou très mal entretenus. Pourtant des nouvelles normes opérationnelles ont été récemment édictées par certaines autorités municipales dont la Ville de Québec pour notamment améliorer le déblaiement des rayons de trottoirs à 3 cm plutôt qu’à 5 cm d’accumulation de neige. L’épandage sur les trottoirs ainsi que pour les zones de stationnement et les débarcadères pour personnes à mobilité réduite devaient aussi être priorisés par certaines règlementations municipales mais en vain.

Des situations inacceptables

Les résidents en situation de handicap souhaitent éviter de sentir prisonniers de l’hiver comme c’est souvent arrivé dans le passé. Un de nos membres nous a même raconté avoir été emprisonné dans son logement pendant plus d’une semaine l’an dernier tellement le trottoir devant leur résidence était mal déneigé, une situation qui oblige les personnes handicapées à rester confinés chez eux. Selon plusieurs de nos membres, c’est toujours difficile de se promener l’hiver en fauteuil roulant au Québec. Certains craignent même cette saison année après année. Et pourtant, vous diront certains amateurs de ski... la période hivernale n’est-elle pas la plus belle des saisons ?

Comment expliquer que nous n’étions pas encore prêts ?

Déjà, cette année c’est très dangereux pour les personnes handicapées plusieurs nous disent que les trottoirs n’ont jamais été aussi glissants et remplis avec autant de neige, et ce, en si peu de temps. On comprend que nous n’avons pas le contrôle sur Dame Nature mais lorsque nous sommes bien informés d’importantes précipitations de neige abondante comment expliquer que nous n’étions pas encore prêts ? Avec toutes les applications mobiles disponibles autant sur App Store que sur Android provenant d’Environnement Canada, MétéoMédia, AccuWeather, ou Yahoo Météo illustrant les conditions météo actuelles avec un magnifique design, comment passer à côté ? Même un résident du Burkina Faso peut savoir qu’il neigera sur Québec entre 13h00 et 18h00 à forte intensité et que Montréal recevra du verglas entre 16h00 et 20h00.

L’hiver ne date pas d’hier et surtout pas dans une province aussi nordique que la nôtre. Quand une tempête est prévue, d’autres nous disent de ne pas prendre de chance et font des réserves de nourriture parce qu’ils craignent que leur ville ne soit pas assez rapide pour tout déneiger et disent craindre de rester prise chez soi pour quelques jours.

À l’aube de la saison froide qui s’amorce et face aux nombreuses préoccupations des personnes ayant des limitations fonctionnelles nous croyons que les citoyens doivent être égaux devant la neige, et ce, peu importe leur type de handicap ou leur lieu de résidence.

Une ville inclusive c’est aussi une société sans obstacle douze mois par année, n’est-ce pas ?

Dominique Salgado, Directeur général, CAPVISH

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.