/news/world/guerre-en-ukraine

Poutine se rendra dans le Donbass «en temps voulu», affirme le Kremlin

Vladimir Poutine ira dans le Donbass «en temps voulu», a affirmé samedi le Kremlin, alors que le président russe ne s'est pas encore rendu dans cette zone de l'est de l'Ukraine qu'il a annexée fin septembre, sans toutefois que son armée ne la contrôle entièrement.

• À lire aussi: Poutine en visite en Ukraine: «ce n'est pas impossible»

• À lire aussi: Les autorités ukrainiennes appellent la population à «tenir» face aux pannes d'électricité

• À lire aussi: La Russie bientôt confrontée au plafonnement du prix de son pétrole

«En temps voulu, bien sûr, (une telle visite) se produira. C'est une région de la Russie», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, interrogé sur un éventuel déplacement prochain de M. Poutine dans le Donbass.

Une telle visite serait une première depuis que l’Ukraine affronte dans le Donbass des séparatistes soutenus par Moscou (2014), et depuis plusieurs mois l’armée régulière russe, flanquée de combattants du groupe paramilitaire Wagner et de centaines de réservistes civils appelés en renfort.

Les autorités ukrainiennes ont, elles, de nouveau exhorté les civils à faire face malgré des conditions de vie qui se détériorent. Plusieurs fois par jour, les coupures de courant plongent des millions d’Ukrainiens dans le noir, sans compter le froid qui s’installe dans les domiciles.

Les températures dans certaines régions avoisinent ces derniers jours les -5 °C, et la température ressentie peut être encore plus basse. 

Écoutez l'édito de Luc Laliberté, expert en politique américaine à l'émission de Guillaume Lavoie via QUB radio : 

« Il faut tenir », a lancé à la télévision ukrainienne le gouverneur de la région de Mykolaïv (sud), Vitaliï Kim.

Il a annoncé des coupures « de quatre heures » dans sa région pour faire face à « une consommation (d’électricité) en hausse » qui menace de surcharge le réseau énergétique régional.

Sur le terrain, les combats sont « durs » dans l’est du pays, car « les Russes ont eu le temps de se préparer » aux attaques des troupes de Kyïv, a affirmé le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

A Kramatorsk, dans la région de Donetsk, l’AFP a entendu quatre fortes explosions samedi après-midi puis vu un énorme panache de fumée noire au-dessus de la ville. La cible des frappes restait cependant inconnue à ce stade.

Selon un bulletin de la présidence ukrainienne, la situation est aussi « difficile » près de Bakhmout, une ville de la région de Donetsk que les Russes tentent en vain de conquérir depuis l’été.

La bataille autour de Bakhmout a pris ces derniers jours une importance d’autant plus symbolique pour Moscou que sa conquête viendrait après une série d’humiliantes défaites, avec les retraites de Kharkiv (nord-est) en septembre et Kherson (sud) en novembre. 

Près de Kyïv, la police ukrainienne est par ailleurs parvenue à déjouer vendredi une tentative de vol d’une œuvre du célèbre artiste britannique Banksy, représentant un individu portant un masque à gaz.

« Huit personnes », « toutes entre 27 et 60 ans », ont été arrêtées selon la police à Gostomel, où Banksy avait peint début novembre cette œuvre sur la façade d’un immeuble détruit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.