/news/politics

«C’est bien triste»: la position de Carey Price envenime le débat, selon certains

La récente prise de position du gardien de but des Canadiens de Montréal, Carey Price, concernant le projet de loi fédérale C-21 sur le contrôle des armes à feu a fait beaucoup réagir; pour certains, celle-ci envenime un débat déjà controversé.

• À lire aussi: «Ce que Justin Trudeau essaie de faire est injuste»: Price dit être contre le contrôle des armes à feu

• À lire aussi: Contrôle des armes à feu: quel impact aura la prise de position de Carey Price ?

C’est ce qu’a avancé Nathalie Provost, survivante de la tuerie à Polytechnique et porte-parole de «PolySeSouvient».

«C’est bien triste. Parce qu’avec sa réputation - c’est un Canadien important, beaucoup de gens ont confiance en lui - malheureusement, comme il présente sa position de manière très générale, sans expliquer les nuances, ça amène beaucoup de confusion dans un débat qui est déjà très sensible», a-t-elle déploré.

Rappelons que Carey Price s’est exprimé samedi contre le projet C-21.

Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Nathalie Provost, survivante du massacre à Polytechnique et porte-parole de PolySeSouvient sur QUB radio: 

Défendu par le Parti libéral du Canada, le projet de loi C-21, actuellement débattu au parlement, restreindrait l’accès aux armes à feu afin de contrer la violence armée.

Alors que certains groupes de chasseurs se réjouissent de l’appui inespéré du gardien de but des Canadiens de Montréal, certains groupes qui militent pour un meilleur contrôle des armes à feu estiment que sa position participe à la désinformation qui entoure le projet de loi.

«On a tellement peur de perdre certains privilèges qu’on grossit ce qui est dans la définition [du projet de loi]. Ce qui est dans la définition, c’est que les armes conçues pour avoir des chargeurs de grandes capacités seraient bannies. Ça ne veut pas dire qu’une arme de chasse qui n’a pas été conçue à la base pour un chargeur de grande capacité, mais qu’un chargeur de capacité peut aller dessus, sera, elle, bannie», a détaillé Mme Provost.

Écoutez l'entrevue avec Stéphanie Vadnais, directrice générale de la Fédération Québécoise des Chasseurs et Pêcheurs à l’émission de Mario Dumont via QUB radio : 

Opinions clivées

Avec le projet de loi C-21, le gouvernement Trudeau souhaite modifier la définition de ce qui constitue une arme prohibée. Des centaines de marques et de modèles, dont plusieurs utilisés par les chasseurs, seraient désormais interdits, soit celles ayant notamment un chargeur d’une capacité de cinq cartouches et plus, ou pouvant tirer un projectile avec une énergie initiale de plus de 10 000 joules.

Cette réforme est un non-sens pour les élus conservateurs et les groupes pro-armes, qui saluent la sortie de Carey Price.

«Là, on s'attaque à des armes qui sont vraiment faites pour la chasse, mais qu'on dit qu'on devrait pas les avoir parce que soit on peut mettre trop de balles dedans, soit le calibre est trop puissant», a déploré Guy Morin, président du collectif «Tous contre le registre québécois des armes à feu».

Mais selon la porte-parole de «PolySeSouvient», il s'agit de désinformation. Elle rappelle à cet égard que la définition à laquelle est parvenu le projet de loi est le fruit d’une réflexion murie et nuancée de la part d’experts.

«Ce qu’on cherche avec la définition, ce qu’on comprend des experts qui l’ont expliquée, c’est qu’une arme raisonnablement conçue pour la chasse ne sera pas bannie. Il y a effectivement certaines armes, que pour nous c’est clairement des armes d’assaut. Certains disent “mais non, mais moi je vais à la chasse avec ça”, par exemple le AR-15», a-t-elle expliqué.

 Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio : 

André Durocher, inspecteur du SPVM à la retraite, regrette que les études sur les armes à feu ne soient pas rendues publiques.

«Ce qu'on devrait faire si on veut être transparent avec la population, qu'on nous sorte les chiffres. Quelles sont véritablement les crimes commis par des détenteurs d'armes légales versus illégales. Et à ce moment-là, peut-être qu'on pourra changer l'opinion», explique-t-il.

Pour Mme Provost, la sortie de Carey Price ne tient ni compte des nuances qui s’imposent ni du désir de nombreux Canadiens et Canadiennes.

«On souhaiterait qu’il reconnaisse le désir des Canadiens de vivre dans un pays plus sécuritaire», a-t-elle conclu.

Ce débat survient à deux jours des commémorations du 6 décembre de la tuerie de Polytechnique Montréal.

Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois sur QUB radio: 

  

«Lorsqu'il s'agit du débat sur la manière de lutter contre la violence armée, les faits comptent. D'abord, l'arme à feu illustrée dans la publication de Carey Price n'est pas interdite en ce moment et restera légale», a fait savoir le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, dimanche soir, à TVA Nouvelles.

«Le projet de loi C-21 vise à cibler les armes à feu de type AR-15 qui ont été conçues pour les champs de bataille et n'ont pas leur place dans nos communautés. Ce sont les types d'armes à feu qui ont fait des victimes au Québec, en Nouvelle-Écosse et en Ontario. Notre législation ne cible pas les armes à feu couramment utilisées pour la chasse et nous respectons entièrement les traditions des chasseurs et des peuples autochtones.»  

Le ministre avance que «la Coalition pour les armes à feu (CCFR), et des politiciens conservateurs, sèment la peur parmi les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois parce qu'ils ne veulent pas participer au débat».

«Pire encore, le CCFR a récemment atteint un nouveau bas niveau lorsqu’elle a créé le code promo «Poly» pour vendre de la marchandise sur son site web. Créer une telle promotion à l’aube de l’anniversaire de la tragédie qui a coûté la vie a 14 femmes est dégoûtant et répréhensible. Nous leur demandons de s'excuser. Nous devons aux victimes et aux survivants d'avoir un débat responsable basé sur les faits, et non sur la peur, afin d'éliminer la violence armée une fois pour toutes.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.