/news/world/guerre-en-ukraine

Poutine en visite en Ukraine: «ce n'est pas impossible»

Au 283e jour de l’invasion russe de l’Ukraine, la situation sur le terrain est toujours difficile et les combats sont féroces, notamment dans l’est du pays, et une visite de Vladimir Poutine dans le Donbass n’est pas improbable. 

• À lire aussi: Poutine se rendra dans le Donbass «en temps voulu», affirme le Kremlin

• À lire aussi: Les autorités ukrainiennes appellent la population à «tenir» face aux pannes d'électricité

Malgré le succès des contre-offensives ukrainiennes dans les derniers mois, les Russes maintiennent leur emprise sur environ 15% du territoire ukrainien.

«Bizarrement, la Russie a toujours un peu plus de territoire qu’elle en avait avant de commencer la guerre. [...] L’Ukraine a réussi à reprendre son territoire tranquillement. On pourrait dire que l’Ukraine a repris presque tout le territoire que la Russie avait pris au début de cette guerre, mais il reste encore beaucoup de territoire ukrainien où des Russes sont installés», souligne Guillaume Lavoie, membre associé à la Chaire Raoul-Dandurand.

AFP

Où est Vladimir Poutine?

Le Kremlin a annoncé samedi que le président russe se rendra dans le Donbass, une région ukrainienne, «en temps voulu». Est-ce vraiment envisageable?

«Ce n’est pas impossible. [Le Kremlin] a dit qu’il le fera au moment opportun. [...] Ce que Vladimir Poutine et le Kremlin veulent laisser couler par cette information, c’est que c’est chez nous là-bas. Le président russe va se déplacer dans son territoire, ne serait-ce que pour maintenir l’illusion que tout va très bien et que tout se déroule selon le plan», note le membre associé de la Chaire.

 Écoutez l'édito de Luc Laliberté, expert en politique américaine à l'émission de Guillaume Lavoie via QUB radio : 

Le prix du pétrole russe plafonné, une mesure efficace?

La Russie devrait être confrontée à partir de lundi au plafonnement du prix de son baril de pétrole à 60 $ US après qu’un accord a été conclu entre plusieurs pays occidentaux. 

Pour les Européens, cette mesure aura des conséquences et la Russie a mentionné qu’elle n’allait pas respecter les nouvelles conditions imposées.

«Vladimir Poutine se finance avec nos pétrodollars. [...] L’Europe et la coalition pro ukrainienne ne peuvent pas tenir sans énergie pour l’hiver qui s’en vient. [La mesure] permet, entre autres, de tempérer le prix à la pompe, du moins, c’est ce qu’on espère. [...] Celui qui a le pouvoir de nous faire grelotter, c’est Vladimir Poutine», a fait savoir M. Lavoie.

AFP

Rappelons que l’OPEP+, dont fait partie la Russie, soutient une baisse de la production du pétrole, ce qui aurait pour effet d’augmenter les prix à la pompe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.