/regional/sherbrooke/estrie

L'incendie d'une garderie complique la vie de parents à Saint-Denis-de-Brompton

Au moment où les listes d'attente s'allongent et que les places en garderies manquent cruellement, des parents de Saint-Denis-de-Brompton, en Estrie, encaissent les conséquences de l’incendie qui a ravagé les installations de la garderie Montessori.

Ce sont environ 80 enfants qui se retrouvent sans service de garde. Les propriétaires entendent reconstruire, mais les délais pourraient être longs.

C'est toute une communauté qui se mobilise afin de trouver une solution temporaire.

À l'arrivée des premiers pompiers vers 23 h 30 dimanche, il était déjà trop tard. Les flammes sortaient par la toiture, l'embrasement y était trop important pour penser sauver une partie de l'immeuble.

Pour les propriétaires, le choc du moment a rapidement cédé sa place au soulagement, à la simple pensée de ce qui aurait pu se produire si l'incendie était survenu en plein jour.

Le service de garde non-subventionné accueillait 80 enfants dont une quinzaine de poupons. Lundi matin, des parents, en apprenant la nouvelle, ont dû avoir recours au plan «B».

La Casa Tropical Montessori avait une liste d'attente de 350 enfants.

Celle du CPE Magimo, l'autre service de garde de la municipalité, en a une deux fois plus longue.

L'immeuble est une perte totale, de nombreux parents sont à la recherche d'une solution à court et moyen terme.

Consciente de la détresse de certains parents, la directrice du CPE Magimo, Louise Véronneau, entend apporter son entière collaboration aux propriétaires de la Casa Tropical Montessori.

La municipalité va aussi les accompagner et appuyer du mieux qu'elle le peut, afin qu'ils puissent rapidement se relocaliser.

Theresa, Kimberly et Julio Ontares-Mendoza souhaiteraient que cette relocalisation se fasse en un seul endroit.

Les nombreux témoignages de soutien qu'ils ont reçus depuis lundi matin leur donne l’espoir d’y parvenir, en attendant une reconstruction.

Ils tentaient toujours, en fin de journée, de parler à un représentant du ministère de la Famille et attendaient un retour de leurs assureurs.

Lundi après-midi, les techniciens de la Sûreté du Québec se sont présentés sur la scène d'incendie pour y chercher la cause.

Pour l'instant, l'origine du brasier est toujours considérée suspecte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.