/finance/homepage

Sobriété énergétique: «si on avait des crises, il suffirait d’exporter un peu moins aux États-Unis»

La décision du ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, de demander aux Québécois de pratiquer la «sobriété énergétique» est confuse, selon un spécialiste. 

• À lire aussi: La «sobriété énergétique» prônée: vous pourriez devoir baisser votre chauffage

• À lire aussi: Tarifs d’électricité: le gouvernement du Québec laisserait tomber les PME

«C’est une confusion. Je pense qu’Hydro-Québec est arrivé et a dit "oups, on va manquer d’électricité, on n’a pas fait ses devoirs, il y a plein de gens qui voudraient utiliser notre électricité », et la solution rapide ça a été de dire: on va aller vers ce que l’Europe fait», croit Normand Mousseau, directeur de l’Institut de l’énergie Trottier à Polytechnique

Pour ce dernier, utiliser l’Europe comme modèle est une erreur. 

«L’Europe est dans une crise épouvantable énergiquement, on n’est pas là au Québec», dit-il. 

Et si le Québec devait vivre une période de crise énergétique, «il suffit d’exporter un petit peu moins aux États-Unis et on aura notre électricité», soutient M. Mousseau en entrevue à LCN. 

Un problème de pointe hivernale 

Le directeur de l’Institut de l’énergie Trottier à Polytechnique constate que les enjeux de pointe de consommation d’électricité au Québec «ne sont que de quelques dizaines d’heures par année». 

«Donc ce n’est pas l’ensemble de l’année qu’il y a des problèmes au Québec, c’est quelques heures quand il fait très froid. [...] En fait, le vrai problème est très très pointu et on nous offre des solutions ou des changements de comportement à l’année», déplore-t-il. 

M. Mousseau est d’avis qu’il faudrait prendre cette occasion pour planifier les années à venir en matière de consommation d’énergie. 

«Ce qu’on devrait faire, c’est s’asseoir, planifier de manière rapide, si on veut, mais sans s’exciter, pour prendre des décisions éclairées pour les prochaines décennies. C’est pour les prochaines décennies qu’on doit planifier», affirme-t-il. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.