/news/politics

Price a été «maladroit et malhabile», dit Bonnardel

Les propos tenus par Carey Price au sujet du registre des armes à feu sont d’une grande maladresse, selon le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel.

• À lire aussi: Price dit qu’il connaissait Polytechnique, et s’excuse

• À lire aussi: «On peut laisser Carey Price tranquille» - Paul St-Pierre Plamondon

• À lire aussi: Carey Price, un cas complexe à gérer

«Ce sont des propos qui étaient extrêmement maladroits, malhabiles. Je pense qu’aujourd’hui, toutes nos pensées doivent être vers les 14 victimes [de la tuerie de Polytechnique]», a affirmé M. Bonnardel à son arrivée au caucus de la Coalition Avenir Québec, mardi après-midi.

Le ministre de la Sécurité publique estime en outre que les communications de la part de Carey Price et de l’organisation du Canadien de Montréal manquaient de clarté.

«On a un peu perdu le fil avec tous les commentaires des personnes concernées», a-t-il soufflé, en ajoutant que c’est selon lui «à eux de s’expliquer».

Samedi, le gardien de but des Canadiens de Montréal s’est prononcé contre un amendement au projet de loi C-21 du gouvernement fédéral qui imposerait davantage de contraintes aux propriétaires d’armes à feu.

Lundi, l’organisation du Canadien a soutenu que Price n’était pas au courant de la tuerie de Polytechnique du 6 décembre 1989, mais le joueur de hockey a publié mardi matin un message sur les réseaux sociaux dans lequel il affirme qu’il était au fait de la tragédie.

Manque de jugement

Le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Marc Tanguay, est d’avis que Carey Price a tout simplement manqué de jugement.

Selon lui, il était «mal avisé» que l’athlète donne son appui à la Coalition canadienne pour les droits des armes à feu, à quelques jours seulement de la commémoration du drame de Polytechnique.

La porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, juge «inapproprié» et «indécent» que Carey Price ait appuyé un lobby pro-armes.

«Je peux vous dire que je ne comprends pas qu’il y ait une personne au Québec qui ne sait pas ce qui s’est passé au Québec le 6 décembre 1989. On me dit juste avant de rentrer qu’il avait rectifié, qu’il savait, et qu’il s’en désolait.»

«Ceci étant dit, quand tu appuies une organisation qui utilise un du plus grand drame féminicide que le Québec a connu, je trouve ça vraiment inapproprié, indécent, c’est une façon de banaliser les violences faites aux femmes, et je suis très déçue de tout ça.»

Price a été «manipulé», croit le PQ

Du côté du Parti québécois, on a refusé de lancer la pierre au gardien de but des Canadiens de Montréal, préférant pointer du doigt les «groupes qui l’ont approché».

«Le temps qu’on passe à critiquer Carey Price, dont le travail dans la vie est d’arrêter des rondelles de hockey, on ne le passera pas à dénoncer des groupes ayant probablement manipulé un joueur en ne lui livrant pas toute l’information», a déclaré le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.