/news/politics

Désaccord entre la VG et la ministre du Revenu sur les montants versés en trop

La ministre du Revenu national Diane Lebouthillier juge que la Vérificatrice générale (VG) aurait vastement surestimé les sommes qui auraient été versées en trop pendant la pandémie de COVID-19 dans son rapport déposé mardi matin.

La VG, Karen Hogan, estime à 4,6 milliards $ les montants versés en trop, mais ajoute que le gouvernement devrait regarder de plus près un gigantesque montant supplémentaire de 27,4 milliards $ en paiements aux individus et aux entreprises.

S’il est «trop tôt» pour avancer un chiffre officiel sur les trop payés, la ministre Lebouthillier a assuré que les résultats des efforts de recouvrement à ce stade-ci «suggèrent un niveau de conformité plus élevé que celui estimé par la VG».

«On peut donc s’attendre à un trop payé réel beaucoup plus bas que les chiffres qui ont été annoncés dans le rapport», a lancé Mme Lebouthillier lors d’un point de presse au Parlement.

Écoutez l'entrevue avec Karen Horgan à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct via QUB radio : 

Mme Hogan s’est dite «préoccupée par le manque de rigueur des activités de vérification après paiement et de recouvrement» et recommande au gouvernement un plan plus exhaustif pour aller chercher les trop payés, mais la ministre a voulu se faire rassurante.

«L’Agence du revenu a énormément de rigueur dans le travail qu’elle fait», a-t-elle affirmé. «Le travail de vérification est débuté. Les lettres ont été envoyées. On va le faire au cas par cas», a dit Mme Lebouthillier, «confiante» que le gouvernement pourrait récupérer les sommes.

Gaspillage dénoncé

La priorité, dit-on, était de livrer l’aide rapidement alors que les travailleurs en avaient besoin de toute urgence.

C’est là tout le problème, croient les conservateurs.

Selon ces derniers, le rapport de la VG «confirme» ce qu’ils disent depuis le début de la pandémie. «Le gaspillage financier dû à un manque de contrôle [...] a contribué à la crise du coût de la vie», ont-ils clamé par communiqué.

En axant les normes de rendement sur la rapidité d'exécution, l’Agence du revenu du Canada (ARC) a ouvert la porte à des abus et à du gaspillage.

C’est ce qu’a déclaré Pierre Paul-Hus, lieutenant du Québec pour le Parti conservateur en point de presse avec plusieurs collègues.

«Le manque de contrôle du gouvernement libéral, tel qu’identifié par la VG, a sans aucun doute contribué à ce gâchis que les contribuables seront forcés de rembourser», a-t-il déclaré.

Le fait que gouvernement ait structuré les prestations de manière à les distribuer rapidement est «compréhensible» considérant le contexte d’urgence sanitaire, estime Yves-François Blanchet.

Le chef du Bloc québécois demande au gouvernement d’appliquer les recommandations contenues dans le rapport. Il «ne doit pas déléguer Mme Lebouthillier pour aller s’obstiner avec la Vérificatrice générale, sinon l’exercice même de la vérification devient un peu puéril».

Écoutez l'entrevue avec Nicolas Gagnon, porte-parole pour le Québec au sein de la Fédération canadienne des contribuables via QUB radio : 

Le chef du NPD Jagmeet Singh croit que le gouvernement devrait concentrer ses efforts sur les gens qui ont manifestement fraudé le système. Il aimerait que l’ARC braque les projecteurs sur les «gros poissons», soit les entreprises déjà prospèrent qui auraient profité des largesses du gouvernement.

«En général, je veux souligner que c’était un temps exceptionnel et on a dû prendre des mesures exceptionnelles pour aider les gens», a-t-il dit par rapport au contexte de l’époque.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.