/news/politics

Infirmière suspendue pour avoir volé une toast: une situation «inacceptable», dit Dubé

Il est inacceptable que des infirmières aient été exclues du processus d’embauche au service 811 parce qu’elles ne parlent pas l’anglais, et qu’une autre a été sanctionnée pour avoir mangé une «toast» au beurre d’arachides, selon le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui promet d’agir. 

• À lire aussi: Suspensions injustifiées dans un CHSLD: qui est le beigne dans cette histoire?

• À lire aussi: «Vol» d'une toast au beurre d'arachide: l'infirmière ne sera pas suspendue

• À lire aussi: Une infirmière suspendue pour avoir mangé une toast au beurre d’arachide

«On a besoin de toutes les infirmières qui vont s’offrir», a déclaré Christian Dubé à son entrée au salon bleu, mardi.

Le ministre de la Santé réagissait alors au fait que la candidature de deux infirmières souhaitant s’impliquer à la ligne infosanté a été écartée, car elles ne maîtrisent pas suffisamment bien l’anglais.

«Il y a eu un petit malentendu, je vais le dire comme ça. Ce n’est pas acceptable (...), a-t-il dit. J’ai demandé au PDG de revoir la décision du cadre ou de la personne qui a pris cette décision-là. Ça va être renversé, et ces gens-là vont être considérés. On a fait l’appel il y a quelques minutes.»

«J’ai eu la même réaction quand j’ai su pour la question de la fameuse toast au beurre de peanut», a ajouté M. Dubé, qui dit vouloir faire en sorte que tous les gestionnaires du réseau de la santé comprennent bien la nécessité d’être respectueux des employés puisqu’on «a besoin de tout le monde» dans le contexte actuel.

«C’est exactement ce qu’il ne faut pas qu’il arrive», a-t-il résumé.

M. Dubé a également assuré que «des gestes vont être posés» dans les prochains jours, quand toutes les personnes concernées auront été interrogées.

Gradation des mesures

La ministre déléguée à la Santé et aux Ainés, Sonia Bélanger, a réitéré mardi qu’il est, selon elle, «inadmissible» qu’une infirmière travaillant dans un CHSLD ait été suspendue pour avoir mangé une «toast».

Écoutez la rencontre Latraverse-Dumont avec Emmanuelle Latraverse sur QUB radio:

Elle-même une ancienne gestionnaire au sein du réseau de la santé, Mme Bélanger a dit qu’elle n’aurait jamais suspendu une employée pour ce motif. La ministre considère qu’il s’agit d’une sanction disproportionnée par rapport à l’offense.

«Habituellement en gestion, il y a une gradation des mesures. Quand il y a des mesures disciplinaires à prendre, habituellement, on va avec des avis verbaux, et après ça pouvant aller jusqu’à des situations plus importantes», a-t-il expliqué, avant de rappeler que l’infirmière a été rencontrée et que des excuses lui ont été présentées en bonne et due forme.

Arrêter d’écœurer les infirmières

Comme les conditions de travail du personnel soignant sont déjà difficiles, des décisions comme celles-ci sont mal avisées, estime le député solidaire Vincent Marissal.

«Ça n’a pas de bon sens. On a déjà assez de mal à attirer et retenir notre monde. Si en plus à chaque fois qu’il y a la moindre petite chose qui dépasse – une toast au beurre d’arachide, la personne n’est pas bilingue – on les sanctionne et on ne les prend pas, ça ne marche pas», s’est-il indigné, mardi.

«Je pense que c’est le temps que le ministère et le ministre se remettent les yeux en face des trous et qu’on arrête d’écœurer ce monde-là, déjà que c’est assez difficile de les retenir», a-t-il ajouté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.