/regional/montreal/montreal

«La violence envers les femmes n’a pas tellement changé»

S’il y a un drame qui a laissé de profondes cicatrices sur le Québec, c’est celui de Polytechnique. Le 6 décembre 1989, Marc Lépine abat 14 étudiantes parce qu’elles sont des femmes et qu’elles souhaitent devenir ingénieures. Richard Martineau soutient que l’on a un devoir de mémoire et que la violence envers les femmes n’a pas tellement changé.

• À lire aussi: 33 ans après le drame de Polytechnique: Que dirait mon amie Annie, décédée le 6 décembre 1989?

• À lire aussi: Des commémorations pour ne pas oublier la tragédie de Polytechnique

• À lire aussi: Carey Price ne savait pas pour la tuerie à Polytechnique

«Il y a combien de féminicides dans la province depuis le début de l’année? 14! 14 femmes tuées comme à Polytechnique. Ce sont des femmes qui ont été tuées par leur conjoint parce qu’elles sont des femmes, parce que leurs conjoints disaient: J’ai le droit de vie ou de mort sur ma femme parce que c’est MA femme et elle m’appartient. C’est 14 féminicides à petite échelle, c’est Polytechnique», illustre notre chroniqueur.

En ce 33e triste anniversaire de Polytechnique, notre chroniqueur soutient qu’il faut penser à la misogynie. «Les femmes d’opinions et les politiciennes, entre autres, reçoivent un déferlement de haine sur les médias sociaux. On a un devoir de mémoire. Peut-être que c’est la première fois que des gens qui nous écoutent entendent parler de Polytechnique. Il faut le rappeler régulièrement», soutien Richard Martineau. 

*** Voyez sa chronique complète dans la vidéo ci-haut

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.