/finance/homepage

Augmentation des taux: que faire avec votre hypothèque?

La Banque du Canada a décrété mercredi matin la 7e hausse de son taux directeur d’affilée visant à calmer l’inflation; une mesure toutefois difficile pour plusieurs propriétaires. 

• À lire aussi: 7e hausse consécutive du taux directeur

• À lire aussi: Prêts hypothécaires: des milliers de personnes au bord du gouffre

• À lire aussi: L’achat local toujours important malgré l’inflation

Le taux directeur, désormais fixé à 4,25%, provoque beaucoup de questionnements chez les emprunteurs. 

Quelle stratégie doivent-ils utiliser pour passer au travers de ces moments plus difficiles?

Une chose est sûre, «ce sont vraiment les emprunteurs qui ont un taux hypothécaire à taux variable et une marge hypothécaire qui vont voir leur versement hypothécaire augmenter», explique en entrevue sur LCN, Philippe Simard, directeur hypothécaire au Québec pour Ratehub.ca.

Les propriétaires qui ont un taux d’intérêt variable avec un paiement fixe risquent de faire face à certaines difficultés même si leur paiement ne changera pas. 

Par contre ils vont se rapprocher, s’ils ne l’ont pas déjà dépassé, le point de déclenchement, le ‘’trigger rate’’», ajoute le spécialiste. 

Ceci arrive lorsque les emprunteurs ne paient plus de capital dans leurs versements hypothécaires, mais uniquement l’intérêt, allongeant ainsi la durée de leur prêt. 

«À ce moment, certaines actions pourraient être portées sur leur paiement hypothécaire», précise M. Simard.

Que faire?

«Il y a possibilité d’aller ‘’fixer son taux’’ pour les gens qui ont un taux variable et qui commencent à trouver le budget un peu plus stressant, par contre les taux fixes sont encore élevés aujourd’hui», ajoute le directeur hypothécaire. 

«Avec les annonces d’aujourd’hui, curieusement les taux variables seront plus élevés que les taux fixes.»

En moyenne, les taux variables vont se transiger à 5,25% alors qu’on a des taux fixes à 4,74% sur du cinq ans. 

Si les emprunteurs pourraient être tentés d’aller vers un taux fixe, ce n’est pas nécessairement la bonne solution, dépendamment de la situation budgétaire de chaque personne.

«On approche du sommet des hausses, on l’a senti dans le ton du gouverneur de la Banque du Canada aujourd’hui. Il ne parlait plus de faire des augmentations, mais de réévaluer les augmentations. Éventuellement, la Banque va rebaisser son taux directeur. Son mandat est de garder l’inflation aux alentours de 2%. Quand ce sera stabilisé, ils vont rebaisser le taux directeur éventuellement.»

Philippe Simard suggère aux emprunteurs qui veulent fixer leur taux d’en sélectionner un sur deux ou trois ans maximum. 

«Vous risquez peut-être de manquer la baisse des taux et de ne pas en bénéficier dans le futur», si vous prenez un taux fermé sur une plus longue échéance. 

***Voyez l’entrevue complètement dans la vidéo ci-dessus.***

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.