/news/coronavirus

Réseau de la santé: plus de 18 000 travailleurs de «Je contribue» sont en péril

Plusieurs infirmières retraitées et autres corps de métier non traditionnels ont participé à la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Plusieurs infirmières retraitées et autres corps de métier non traditionnels ont participé à la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Un peu plus de 18 000 travailleurs venus donner un coup de main dans le réseau de la santé, principalement via la plateforme Je contribue, pourraient perdre le droit de travailler si Québec ne réussit pas à s’entendre avec les syndicats et les ordres professionnels d’ici au 31 décembre. 

Le ministre de la Santé doit renouveler les règlements qui ont permis à des infirmières retraitées de venir prêter main-forte durant la pandémie, mais aussi à des corps de métier non traditionnels, comme les vétérinaires, de participer aux campagnes de vaccination. 

Christian Dubé, ministre de la Santé

Photo d'archives, Agence QMI

Christian Dubé, ministre de la Santé

De nombreux préposés aux bénéficiaires avaient aussi été recrutés via la plateforme. 

La mesure temporaire a été prolongée jusqu’au 31 décembre, à travers le projet de loi sur la fin de l’urgence sanitaire. 

Mais avec le trio de virus respiratoires qui frappe les urgences du Québec et l’épuisement du personnel hospitalier, le ministre de la Santé Christian Dubé a récemment lancé un nouvel appel afin de recruter des infirmières pour répondre aux appels à la ligne Info-Santé.  

Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio :

Moins d’un mois

En entrevue au 98,5 FM, lundi, le ministre Dubé affirmait qu’il pourrait utiliser jusqu’à 2000 infirmières retraitées de plus. 

«Mais en ce moment, j’ai un petit problème technique qu’on va régler, qui fait que le programme de Je contribue, à cause de toutes les conventions collectives, tout ça, je pouvais le faire jusqu’au 31 décembre. Après le 31 décembre, nos équipes sont en train de voir comment on pourrait le continuer», a-t-il confié au micro de Paul Arcand. 

Au plus fort de la campagne de recrutement, au printemps 2021, Québec avait réussi à aller chercher près de 32 000 travailleurs temporaires. Ils étaient un peu plus de 18 000 au 5 novembre dernier. 

La FIQ attend

Du côté de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), on assure qu’aucune discussion n’a encore eu lieu avec le ministre à ce sujet. Une première rencontre doit avoir lieu la semaine prochaine. 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec dit pour sa part avoir déjà prolongé les permis d’exercice pour celles qui ont travaillé plus de 500 heures jusqu’au 31 mars 2023.

Pour les autres, elles devront se limiter aux activités liées à la COVID-19. 

«On est conscient de la situation actuelle et notre objectif est de maintenir la stabilité actuelle», a commenté le cabinet du ministre Dubé. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.