/news/techno

Trudeau s’inquiète d’un contrat de télécoms pour la police canadienne attribué à une entreprise liée à la Chine

Pirates informatiques

Photo Fotolia

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a fait part mardi de sa stupéfaction et a promis de passer en revue l’attribution d’un contrat à une entreprise liée à la Chine pour fournir et entretenir de l’équipement radio de la police fédérale canadienne. 

Le contrat d’un demi-million de dollars canadiens pour un système destiné à sécuriser les communications radio terrestres de la police canadienne a été octroyé, selon les informations de Radio-Canada, en octobre 2021 à l’entreprise Sinclair Technologies, basée au Canada, mais contrôlée depuis 2017 par la société chinoise Hytera Communications.

Hytera Communications est détenue en partie par le gouvernement chinois et ses produits sont interdits à la vente aux États-Unis, d’où les inquiétudes au Canada quant à un potentiel accès de la Chine aux communications de la police canadienne, et ce dans un contexte de tensions entre les deux pays.

« Je trouve cela troublant », a dit Justin Trudeau lors d’une conférence de presse en marge d’un sommet de l’ONU sur la biodiversité, présidé par la Chine mais qui se tient à Montréal en raison de la politique zéro Covid de Pékin.

Les agences de sécurité canadiennes ont mis en garde contre « des ingérences étrangères dans nos institutions et nos structures », a souligné M. Trudeau.

Cela n’empêche pas les responsables canadiens de « signer des contrats dont le niveau de sécurité est douteux pour nos opérations et la sécurité nationale de nos institutions comme la police fédérale du Canada », a-t-il poursuivi.

« Nous allons suivre ce dossier », a insisté le premier ministre canadien, promettant de garantir que les technologies de communication utilisées par le gouvernement et ses agences seraient sécurisées.

Le gouvernement doit aussi « s’assurer que le Canada ne signe pas des contrats avec le moins-disant et nous expose ensuite à des failles de sécurité », a lancé M. Trudeau. 

Le régulateur américain des télécoms, qui considère Hytera comme posant une menace pour la sécurité nationale des États-Unis, a interdit en novembre la vente de ses nouveaux produits sur le marché américain, tout comme Huawei. 

L’entreprise Hytera est aussi poursuivie en justice aux États-Unis par son concurrent américain Motorola qui l’accuse d’espionnage industriel, ce qu’elle nie. 

Les responsables des marchés publics fédéraux ont indiqué à Radio-Canada que la sécurité nationale n’avait pas été prise en compte dans l’attribution du contrat, tandis que la police canadienne s’est dite confiante dans le fait que le système, qui est en cours d’installation, serait sécurisé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.