/news/society

Îles-de-la-Madeleine: bien accueillir les immigrants et bien les intégrer

Hélène Fauteux / AGENCE QMI

Les Îles-de-la-Madeleine se donnent une nouvelle structure d’accueil et d’intégration en immigration pour faire face aux défis de la pénurie de main-d’œuvre dans un contexte de vieillissement accéléré de sa population parmi les plus âgées du Québec. 

• À lire aussi: Mesure drastique pour protéger la falaise de Cap-aux-Meules

• À lire aussi: Immigration francophone: un «optimiste prudent» face aux négociations avec Ottawa

• À lire aussi: Réfugiés: le Québec submergé depuis le tweet de Trudeau

Approuvées et appuyées financièrement par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI), les nouvelles mesures seront mises en place sur trois ans.

«Promouvoir le vivre ensemble, la richesse de la diversité culturelle et rendre le milieu attractif pour les personnes immigrantes, voilà un exemple concret d’action qu’on veut appliquer», a expliqué Pierre-Luc Turgeon, directeur régional du ministère, lors d’une conférence de presse, jeudi.

On mise principalement sur une série de formations et d’ateliers offerts aux employeurs madelinots, pour les aider à accueillir et à gérer la diversité culturelle en milieu de travail.

«En matière d’accueil, de rétention et de réputation du territoire des Îles-de-la-Madeleine, on n’a pas beaucoup de chance de faire une deuxième bonne première impression, fait valoir Antonin Valiquette directeur général de la Chambre de commerce des Îles, pour encourager ses membres à en profiter. On ne parle pas que de main-d’œuvre. On parle d’êtres humains et de projet de vie et on doit mettre toutes les chances de notre côté pour que leur intégration en entreprise soit un succès.»

Contrer les préjugés, comprendre l’immigration et adapter les communications avec le personnel issu de l’étranger sont autant de sujets abordés dans ces ateliers organisés en collaboration avec le service aux entreprises du Groupe Collégia et le Centre de services scolaire des Îles.

Des formations de francisation sont également offertes aux nouveaux arrivants, qui doivent non seulement s’adapter au français québécois, mais aussi au parler madelinot, a souligné Geneviève Joyal, conseillère chez Groupe Collégia.

«En milieu de travail, il y a aussi beaucoup de termes en anglais, de termes madelinots avec des accents et des mots mâchés à travers ça, a-t-elle dit. Pour nous, on parle français, mais pour eux, non. Ça fait qu’on a besoin de les aider à comprendre.»

La Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine s’est donnée en 2018 l’objectif d’accueillir et de retenir 100 nouveaux résidents par année. L’an dernier, la cible a été doublée, avec un solde migratoire positif de 203 nouveaux arrivants.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.