/finance/homepage

La plus grande hausse en 40 ans pour les pensions alimentaires

Les pensions alimentaires seront indexées dès janvier prochain à 6,5 %, ce qui en fait de loin la plus forte augmentation des 40 dernières années.

• À lire aussi: Mise à jour économique: l’aide aux aînés versée au printemps

• À lire aussi: Mise à jour économique: indexation de 6,44 % des aides sociales et crédits d’impôt

Si pour ralentir l'inflation, le ministère des Finances a limité la hausse de plusieurs tarifs à 3 %, ce n'est pas le cas pour les pensions alimentaires.

Le coût de la vie augmente et le montant des pensions alimentaires ne fait pas exception. L’indexation passera de 2,7 % à 6,5 % dans moins d'un mois.

«Si vous avez quelqu'un qui paie 500 $ de pension alimentaire, il va en payer 534 $ par mois à compter du 1er janvier. Calculez ça sur 12 mois et tenez pour acquis également que cette indexation-là va être réindexée l'année suivante, ce qui fait que ce sont quand même des bons montants», a constaté Me Barbara Maltais, avocate et médiatrice accréditée.

La plus forte hausse en 40 ans

«On voit qu'en 1983, il y a quand même eu 11,2 %. Dans les années 80, on était tout près de 5 %. Cependant, on doit tenir pour acquis que dans les dernières années, on n'atteignait même pas le 2 %», a poursuivi Me Maltais.

L’impact sera considérable pour ceux qui devront verser davantage de pension alimentaire et qui ont déjà de la difficulté à subvenir à leurs besoins.

«Les salaires devraient suivre ces taux d'indexation-là point à la ligne. Parce que les gens en bout de ligne, se doivent de rencontrer leurs obligations», a souligné Me Maltais.

Prendre du recul

Avant d’appuyer sur le bouton panique, le médiateur et avocat émérite, Me Miville Tremblay, invite les gens à prendre un pas de recul.

«Respirez et après ça, discutez avec votre co-parent. Vous n'êtes pas obligés en cours, il y a des solutions. Vous savez, la médiation, il y a des heures gratuites, il y a des heures subventionnées. Utilisez les services qui vous sont offerts afin d'aller chercher l'information qui devrait vous calmer», a-t-il dit.

Il ajoute que la plupart des parents ne font pas de budget relativement aux enfants. C’est lors d’une séparation, lorsque le budget doit être mis sur papier, que le montant peut surprendre.

«On se rend compte finalement que ça coûte cher un, deux, trois, quatre enfants», a mentionné Me Tremblay.

L’indexation suit inévitablement l’augmentation du coût de la vie. Le réajustement de la pension alimentaire permet à l’enfant de garder le même rythme de vie qu’auparavant et sert au final, à subvenir à ses besoins.

«Il faut les nourrir, il faut les vêtir. Vous savez, en 2022, on a encore le tiers de nos enfants qui arrivent à l'école sans déjeuner. Et je vous le dit, tous les montants de la pension alimentaire seront utilisés par le ou les enfants, parce que les montants sont inférieurs à la réalité», a-t-il constaté.

Selon Me Tremblay, bien que le montant d'une pension puisse parfois paraître élevé, il ne permet pas toujours de couvrir les coûts réels d'un enfant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.