/regional/quebec/quebec

Mise à jour économique: des réactions mitigées à Québec

Les réactions sont mitigées à Québec à la suite de la présentation de la mise à jour économique du ministre des Finances, Éric Girard, jeudi après-midi. 

• À lire aussi: Mise à jour économique: l’aide aux aînés versée au printemps

• À lire aussi: Mise à jour économique: indexation de 6,44 % des aides sociales et crédits d’impôt

• À lire aussi: Le ministre Girard veut encourager les aînés de moins de 70 ans à travailler

Ce sont les aînés qui récoltent la part du lion. Les personnes de 70 ans et plus auront droit à un crédit d’impôt bonifié, qui passera de 411 $ à 2000 $, dès la production de la déclaration de revenus de 2022.

«On va payer les comptes, on va payer les dettes qui se sont accumulées pendant la pandémie», se réjouit une dame.

D’autres accueillent la nouvelle avec un peu plus de scepticisme.

«Pas sûr d’être content, parce qu’on le paye d’une autre façon. Ce qu’ils nous donnent d’une main, ils nous le reprennent de l’autre», dit un homme.

Durement affectés par la hausse du coût de la vie, plusieurs ménages, qui attendaient de nouvelles mesures contre l’inflation, sont restés sur leur faim.

«Beaucoup de Québécoises et de Québécois qui ne verront pas le gouvernement de François Legault les aider dans la prochaine année. C’est bien d’avoir prévu des améliorations des conditions financières des personnes de plus de 70 ans au Québec, on le souligne et on le salue. Mais il y a 85% de la population qui a moins de 70 ans et ces personnes-là ne recevront pas d’aide du gouvernement», souligne Étienne Grandmont, député de Québec solidaire dans Taschereau.

Finalement, le regroupement québécois pour le droit au logement FRAPRU mentionne qu'il n’y a rien de neuf dans le montant de 445 millions $ attribué aux logements sociaux, puisque ce montant avait déjà été annoncé en juin dernier.

«Pour le gouvernement, visiblement, le sort des ménages locataires à faibles et modestes revenus, qui actuellement doivent se priver de l’essentiel, doivent couper dans la nourriture mois après mois, doivent aller dans les banques alimentaires, ce n’est pas sa priorité et ça, c’est déplorable», lance la porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme.

- Avec les informations d'Élodie Drolet

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.