/regional/quebec/quebec

Avec l'appui de Québec d’abord, le budget 2023 de la Ville de Québec adopté

Coup de théâtre jeudi à l’hôtel de Ville de Québec. Après avoir prononcé des mots très durs contre l’administration Marchand au cours des derniers jours, l’opposition officielle de Québec d’abord a tout de même voté en faveur des trois documents budgétaires. 

• À lire aussi: Marchand est en train d’échapper le projet de tramway, selon Villeneuve

• À lire aussi: «Des années difficiles» en vue pour le RTC

• À lire aussi: Votes sur le budget 2023: un «dîner de cons», selon Claude Villeneuve

« Nous sommes à l’aise d’appuyer le budget aujourd’hui », a lancé Claude Villeneuve, chef de Québec d’abord, à la surprise générale jeudi après-midi au début de la séance extraordinaire du conseil municipal. 

Le chef de Québec d’abord a expliqué que la promesse de tenir un comité plénier cet hiver au sujet du tramway a motivé son choix. Aussi, les précisions et les éclaircissements fournis par l’équipe du maire au cours des dernières heures au sujet de divers projets municipaux ont fait pencher la balance, a-t-il ajouté.  

Crédibilité 

Le ton de M. Villeneuve contrastait singulièrement avec celui qu’il a employé depuis le début de la semaine. Il a ainsi qualifié d’avance le vote de jeudi de « dîner de cons ». Il a également affirmé ne plus faire confiance au maire Marchand qu’il a carrément accusé d’être en train « d’échapper » le projet de tramway.  

Craint-t-il de perdre de sa crédibilité ou d’être traité de girouette? M. Villeneuve a admis que chaque décision peut avoir « un coût politique », mais il a dit assumer ses paroles des derniers jours.  

Entre la soirée de mercredi et le vote de jeudi, des discussions ont eu lieu entre le cabinet de Québec d’abord et celui du maire, a-t-il fait valoir. Ces échanges lui ont permis d’obtenir l’assurance que le maire veut réellement que le tramway se réalise, a-t-il insisté. 

Tout en réitérant son appui au tramway, M. Villeneuve a par ailleurs prévenu que son équipe va désormais discuter soigneusement chaque sommaire où il sera question du mégaprojet et qu’il ne faudra plus prendre l’appui des conseillers de Québec d’abord pour garanti.  

Marchand satisfait 

Prudent dans des commentaires, le maire Marchand n’a pas voulu pavoiser. Il a répété que l’adoption du budget 2023 est une bonne nouvelle pour les citoyens de Québec, puisque la hausse des taxes y est limitée à 2,5% malgré le contexte d’inflation. Il s’est également réjoui du vote d’une réserve budgétaire pour lutter contre les changements climatiques. 

Invité à préciser les concessions qui ont été accordées à Québec d’abord, Bruno Marchand a soutenu que les discussions budgétaires avec les opposants débutent plusieurs mois avant le budget. Il a nié l’existence de marchandages à la pièce.   

Outre le budget 2023, le Programme décennal d’immobilisations (PDI) 2023-2032 a été voté malgré l’opposition des deux conseillers d’Équipe priorité Québec (EPQ, ancien nom de Québec 21).  

Le troisième vote sur les documents budgétaires liés au tramway a également été confortablement remporté par l’administration Marchand. Seuls quatre conseillers - les deux de EPQ et les deux indépendants Jean-François Gosselin et Bianca Dussault - l’ont rejeté.  

CE QU’ILS ONT DIT 

  • « Un budget comme ça, c’est un travail de plusieurs mois et de beaucoup de gens (...) à essayer de trouver le meilleur compromis pour arriver à bâtir cette ville-là », Bruno Marchand, maire de Québec. 

  • « C’est le moment où on a le sentiment d’avoir repris notre liberté par rapport au tramway. Avant, on était pour le projet. On ne posait pas de questions et on votait systématiquement en faveur de chacun des sommaires. À partir d’aujourd’hui, chaque sommaire concernant le tramway devra être discuté », Claude Villeneuve, chef de Québec d’abord.   

  • « Ça va être le budget qui va coûter le plus cher aux contribuables de la Ville de Québec depuis les fusions municipales. Ça va coûter une fortune » Patrick Paquet, chef d’Équipe priorité Québec. 

  • « On a été positifs. On a été constructifs. On en a mis beaucoup. J’ai fait comme mes enfants font avec le catalogue Canadian Tire, dans le temps de Noël, puis Toys R Us. J’en ai beurré épais Je me suis dit : ‘si je ne demande pas, je ne l’aurais pas’ », Bianca Dussault, conseillère municipale indépendante. 
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.