/news/faitesladifference

COP 15: les municipalités ont des idées pour faire mieux en environnement

Healthy green trees in a forest of old spruce, fir and pine

zlikovec - stock.adobe.com

La tenue de la COP15 à Montréal nous oblige à réfléchir sur notre action. La conclusion de l’Assemblée des MRC de la semaine dernière est claire : nous sommes tous responsables et nous devons tous nous attaquer aux problèmes de notre environnement pour assurer un avenir à nos communautés.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Toutefois, la démarche doit être cohérente, ce qui est contraire à ce qui se passe présentement. À titre de porte-parole des régions, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) désire proposer des actions pour permettre aux communautés d’affronter leur plus important défi.

Aires protégées

En premier lieu, il faut mobiliser les communautés en élargissant les définitions d’aires protégées. À notre avis, sans exclure l’idée de territoires exclusifs, une aire protégée peut aussi être un milieu de vie où l’environnement et la biodiversité sont mis en valeur avec un plan d’aménagement détaillé.

On retrouve déjà beaucoup de ces initiatives dans les régions qui reçoivent l’appui des citoyens et des collectivités locales. Ces démarches ont d’autant plus de mérites qu’elles sortent du cadre de gestion gouvernementale dont la vision est trop souvent caractérisée par l’approche « mur-à-mur ».

Le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard, revient d’une mission en France et m’a décrit que plusieurs forêts sous contrôle communal dotées d’un plan d’aménagement global sont considérées comme des aires protégées.

Ces communes reçoivent un soutien financier de l’État et les résultats semblent fantastiques : la mobilisation des populations multiplie le nombre de parcs et d’espaces protégés, favorise la protection de l’environnement et de la biodiversité et permet une utilisation rationnelle du territoire. On doit faire la même chose au Québec

Des programmes incohérents

Deuxièmement, les gouvernements devront mettre de l’ordre dans leurs programmes. Par exemple, des municipalités voient une partie de leur territoire « protégée » comme une mosaïque à la suite de dons privés effectués en vertu du Programme de dons écologiques du gouvernement fédéral.

Ces dons sont populaires et font l’objet d’une forte promotion en raison de bénéfices fiscaux des plus intéressants, les donateurs conservant leurs droits d’usufruit, d’usage et d’habitation à vie, auxquels s’ajoutent des déductions d’impôts.

On a même vu des territoires privés ainsi donnés où les activités économiques de récolte n’ont jamais cessé. Or, si l’objectif peut être louable, le résultat est souvent moins intéressant.

Ces municipalités sont parsemées de territoires protégés, sans continuité ou plan d’ensemble pour une véritable protection de l’écologie locale. En plus de l’impact sur le financement des gouvernements de proximité, l’absence de cohésion pose vraiment un problème.

Un plan clair

Tout cela démontre l’importance des schémas d’aménagement des municipalités régionales de comté. Les décisions en matière d’aménagement revêtent une importance centrale et cela est tout aussi vrai dans la protection et la mise en valeur de la biodiversité.

En ce sens, la FQM désire que le gouvernement du Québec mette en œuvre une des principales recommandations de sa politique nationale d’aménagement en reconnaissant le rôle intégrateur du schéma d’aménagement sur l’ensemble des activités et autres planifications sur le territoire.

Avec des orientations claires, la relance du processus d’aménagement constitue le meilleur moyen pour la protection et la mise en valeur des territoires à protéger et pour assurer la cohérence des interventions. Les élus(es) municipaux sont prêts à relever cet important défi..

Photo fournie par la Fédération Québécoise des Municipalités

 Jacques Demers, Président de la Fédération québécoise des municipalités, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.