/finance/realestate

Les investisseurs étrangers ne peuvent plus acquérir de maisons au Canada

Photo Agence QMI, Joël Lemay

L’achat de maisons sur le marché canadien par des investisseurs étrangers est maintenant interdit pour les deux prochaines années.

• À lire aussi: Que nous réserve 2023? Un ralentissement économique, le prix d’une inflation plus basse

• À lire aussi: «Je ne m’attends pas à une chute drastique des prix», prédit une courtière immobilière

• À lire aussi: Une année 2022 sous le signe de l’inflation

Cette mesure mise en place par Ottawa pour stabiliser le marché résidentiel alors que ce dernier a connu d’énormes remous depuis la pandémie de la COVID-19. La Loi sur l'interdiction d'achat d'immeubles résidentiels par des non-Canadiens a été adoptée au Parlement canadien l’été dernier. Il s’agissait d’une promesse du Parti libéral du Canada pour aider à résorber la crise du logement.

La loi vise avant tout à décourager les investisseurs qui voulaient placer leur argent dans le domaine immobilier canadien. Ainsi, un étranger pourra acheter une maison s’il arrive à prouver «que l’achat constitue un prélude à un emploi ou une immigration au Canada au cours des deux années qui suivent», peut-on lire sur la plateforme web du Parti libéral.

La Loi n’interdit pas non plus l’achat d’immeubles collectifs de plus grande taille. Elle prévoit également une amende de 10 000 $ pour les non-Canadiens, ainsi que pour toute personne qui aide un non-Canadien à faire un achat interdit.

Le gouvernement espère collaborer avec les provinces et les municipalités pour élaborer une réglementation par rapport au rôle des acheteurs étrangers sur le marché résidentiel canadien.

«Les logements ne devraient pas être des simples biens. Ils sont conçus pour être habités - un endroit où les familles peuvent s'enraciner, créer des souvenirs et bâtir une vie ensemble. Grâce à cette loi, nous veillons à ce que les logements appartiennent à des Canadiens et à des Canadiennes, dans l'intérêt de toutes les personnes vivant au Canada», avait commenté le 21 décembre le ministre du Logement et de la Diversité et de l'Inclusion, Ahmed Hussen.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.