/finance/realestate

Marché résidentiel: nouvelle chute des ventes à Montréal

Les ventes résidentielles ont enregistré une baisse de 39 % dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal en décembre 2022, par rapport à la même période l’an dernier, un ralentissement qui a aussi été constaté du côté de Québec. 

• À lire aussi: Les investisseurs étrangers ne peuvent plus acquérir de maisons au Canada

• À lire aussi: Que nous réserve 2023? Un ralentissement économique, le prix d’une inflation plus basse

• À lire aussi: PIB du Québec: une baisse de 1,9% au troisième trimestre de 2022

La RMR de Montréal a ainsi recensé 2232 ventes résidentielles en décembre 2022 contre 3646 ventes réalisées au cours du même mois l’an dernier. Selon les données de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), il faut remonter à 2014 pour qu’un niveau aussi bas de ventes soit observé en décembre.

«Bien que le mois de décembre ne soit généralement pas le mois le plus représentatif de la dynamique effective du marché, on remarque un certain attentisme ambiant. D’un côté, les acheteurs espèrent une amélioration des conditions de marché, en leur faveur. Les vendeurs, eux, espèrent une stabilisation du marché», a déclaré Charles Brant, directeur du Service de l’analyse de marché de l’APCIQ par communiqué.

La baisse la plus importante des ventes dans la RMR montréalaise a été observée à Saint-Jean-sur-Richelieu, avec 47 transactions en décembre 2022, soit une baisse de 52 %.

Les secteurs de Laval (200 ventes), de l’Île de Montréal (836 ventes) et de la Rive-Sud de Montréal (512 ventes) ont aussi connu des diminutions des ventes résidentielles, avec des reculs respectifs de 41 %, de 40 % et de 40 %.

Suivent les grands secteurs de la Rive-Nord de Montréal et de Vaudreuil-Soulanges qui, avec respectivement 527 et 110 transactions, enregistrent des chutes de 33 % par rapport à la même période, il y a un an.

Ce sont les plex et les copropriétés qui ont subi les plus fortes diminutions, avec des baisses respectives de 51 % et 40 % par rapport à décembre 2021. Les ventes d’unifamiliales ont pour leur part diminué de 35 %.

Les prix médians dans la RMR de Montréal ont légèrement diminué en décembre 2022 par rapport à l’an dernier. Ainsi, les plex ont connu la baisse la plus marquée (-6 %) pour un prix médian de 690 000 $. Les unifamiliales ont un prix médian de 510 000 $ (-3 %) et les copropriétés de 375 000 $ (-1 %).

Un ralentissement aussi à Québec

Le nombre de transactions a diminué de 38 % au mois de décembre 2022 par rapport au même mois en 2021 dans la RMR de Québec, avec 461 ventes contre 743.

«À Québec, bien que décembre ne soit pas le mois le plus représentatif de la dynamique du marché immobilier, on constate que l’affaiblissement des ventes n’est pas le seul fait de la hausse des taux d’intérêt. Les propriétés mises en marché ne s’accumulent pas au même rythme que dans la plupart des autres RMR et agglomérations», a constaté M. Brant.

La périphérie Nord de Québec a enregistré la baisse la plus importante (-65 %), suivie de l’agglomération de Québec et la Rive-Sud de Québec, avec un recul de 34 % de leurs ventes

Le prix médian des unifamiliales est en croissance, avec 3 % de hausse (328 000 $) d’une année à l’autre, tout comme celui des plex (+4 %; 364 000 $) tandis que celui des copropriétés a baissé de 1 % (222 000).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.