/news/tele

«À propos d'Antoine»: incursion dans la vie d'un ado polyhandicapé

La nouvelle comédie dramatique «À propos d’Antoine» de Club illico est touchante, drôle et lumineuse, l’histoire qu’elle raconte tournant autour d’une famille atypique remplie d’amour.

La scénariste Cathleen Rouleau, dont il s’agit de la première série télé et qui y défend son premier grand rôle, s’inspire de sa propre expérience pour mettre en scène l’arrivée de Julie, son personnage, dans la vie de Marc Fenouillard (Claude Legault), qui campe dans les faits Sylvain Parent-Bédard, le grand manitou de ComediHa!, à Québec.

Joël Lemay / Agence QMI

Toujours au téléphone, Marc a deux enfants, Georges (Edouard-B. Larocque) et Antoine (Antoine Parent-Bédard), 15 ans, qui joue son propre rôle par souci d’authenticité. Polyhandicapé, Antoine est autiste de niveau 3, déficient intellectuel, non verbal et épileptique de haut niveau.

Joël Lemay / Agence QMI

Dans la première scène, que Julie interrompt pour s’adresser directement aux téléspectateurs, brisant ainsi le quatrième mur, elle relate les balbutiements de sa relation avec Marc alors qu’elle s’apprête à vivre son baptême familial avec les Fenouillard.

PHOTO COURTOISIE

On sent que la jeune femme, comédienne dans la vie, est remplie de doutes. Les défis abondent pour elle, qui quitte Montréal pour vivre son grand amour à Québec. Et c’est le branle-bas de combat qui l’attend, tous les membres du clan ne tardant pas à défiler dans le condo de Marc, soit sa mère Margot (excellente Micheline Bernard), son ex Justine (Fanny Mallette) ainsi que ses deux frères, Patrick (Sylvain Marcel) et Philippe (Hugues Frenette). Et, disons-le, chacun a une forte personnalité, ce qui crée des situations cocasses.

  • Écoutez l'entrevue avec Cathleen Rouleau à l’émission de Sophie Durocher diffusée chaque jour en direct 15 h 15 via QUB radio : 

«[Julie] se fait un peu ramasser par tout ça», a admis Cathleen Rouleau en marge du visionnement des quatre premiers épisodes, mercredi.

La maladresse de la jeune femme ne l’empêche pas de s’attacher rapidement à Antoine, et vice-versa. La scène concluant le premier épisode nous arrache d’ailleurs une larme.

PHOTO COURTOISIE

En regardant la série, on se demande ce qui est vrai et ce qui a été romancé dans le récit. Tant Cathleen Rouleau que Sylvain Parent-Bédard affirment que la majorité des situations sont véridiques, y compris les segments ayant été improvisés.

Podz est en forme

La caméra de Podz - qui voulait qu’«Antoine vive un bon moment» pendant le processus - est toujours aussi créative et allumée. Sa signature est là, notamment à travers de courts plans séquence, et il permet même de voir le point de vue d’Antoine à l’occasion.

Le réalisateur de «19-2», de «Mafia inc.» et de «Lupin» dit avoir beaucoup appris sur le plateau, à Québec, notamment à être plus «transparent» quant à ses intentions, lui qui n'est pas le plus bavard. Et sans son bagage, il n’aurait jamais pu, selon ses dires, mettre en boite les 10 épisodes «sans stresser», tant il fallait s’adapter au fil des 45 jours de tournage.

PHOTO COURTOISIE

Les journées étaient en effet modulées en fonction des bons ou de ses moins bons moments d’Antoine. L’expérience lui a été bénéfique, le cerveau de l’ado ayant été stimulé au point où la fréquence de ses crises d’épilepsie a diminué.

Une deuxième saison est en développement chez ComediHa! et Québecor Contenu, mais en attendant celle-ci, les abonnés de Club illico pourront enfiler la première mouture dès le jeudi 19 janvier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.