/news/world

40 jours de chaleur suffocante et 40 jours de froid extrême pour 20 braves volontaires

Confrontée au dérèglement climatique, l'humanité va devoir s'adapter à des températures toujours plus extrêmes. Mais en sera-t-elle capable? 

• À lire aussi: Climat: les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées

• À lire aussi: La moitié des glaciers du monde condamnés à disparaître

Une mission franco-suisse d'exploration scientifique envoie 20 volontaires dans différentes contrées hostiles pour étudier comment ils réagissent dans ces environnements.

Dix hommes et dix femmes «pas des militaires, pas des astronautes, mais des personnes lambda», âgés de 25 à 52 ans, sont partis en décembre pendant 40 jours en totale autonomie dans la forêt équatoriale guyanaise, avec des températures autour des 30 degrés et une humidité constante.

CAMEROON-NATURE-ANIMAL

AFP

Ils s'envoleront ensuite en février pour la Laponie finlandaise pendant la même durée, avant d'aller en mai dans le désert saoudien, où avec un mercure frôlant les 50 degrés «on pourra être au plus près de ce que pourrait être le climat d'ici 2050».

FINLAND-WEATHER-FEATURE

AFP

Le programme, nommé Deep Climate, a été initié par le chercheur explorateur Christian Clot, qui avait déjà testé en 2021 les effets de la perte de repères spatio-temporels sur 15 personnes envoyées dans une mine pendant 40 jours, et par une quarantaine de scientifiques du CNRS, de l'INSERM ou de l'Institut du cerveau notamment.

«Nous connaissons une période de changements profonds, notamment au niveau climatique, qui va impliquer des transformations importantes des conditions dans lesquelles nous vivons», a souligné jeudi Christian Clot lors d'une conférence de presse.

«Et la question qui se pose c'est celle de la capacité humaine à s'adapter à ce futur. Comment le corps, le cerveau, mais aussi les comportements au quotidien vont réagir à des températures qui dépassent les 40 degrés, à une humidité de 100% ou au froid glacial, c'est ce que nous allons étudier, non pas en laboratoire, mais en situation réelle», a-t-il expliqué.

Sur place, ces bénévoles effectuent diverses activités (canoé dans la jungle, traversées à ski ou à pied ...) en se soumettant chaque jour à une série de mesures scientifiques ou médicales via des électrodes pour mesurer leur sommeil, des altimètres pour leur mobilité, des questionnaires sur leur moral, etc.

FINLAND-WEATHER-SNOW

AFP

Des examens plus poussés (prise de sang, IRM ...) sont également effectués dans les 30 jours séparant chacune des expéditions.

Selon les experts climat de l'ONU (Giec), le réchauffement climatique va intensifier les épisodes extrêmes, comme les canicules ou les tempêtes hivernales, soumettant les populations à des conditions climatiques plus rudes, avec certaines parties du globe devenant invivables faute d'une capacité humaine à s'adapter à de telles conditions.

Sans aller jusque là, de précédentes recherches en laboratoire ont déjà montré que face à des températures extrêmes, le corps humain pouvait développer différents symptômes, comme de la fatigue, des maux de tête, la formation de caillots sanguins ou de l'irritabilité.

Les premiers résultats de la mission Deep Climate sont attendus fin 2023/début 2024.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.