/regional/saguenay

Aucune particule d’amiante détectée dans le Cégep de Jonquière

Le Cégep de Jonquière enquête depuis le début de la semaine sur la possible présence de particules d'amiantes dans le pavillon Manicouagan.

La centaine d'occupants qui s’y trouvent ont dû déménager rapidement leurs locaux, le temps de l'intervention. 

Heureusement, ils pourront bientôt réintégrer le bâtiment.

Près d'une trentaine d'enseignants et quelques organismes privés et à but non lucratif occupent le Pavillon Manicouagan au Cégep de Jonquière. 

En début de semaine, tous ces occupants ont appris qu'ils devaient quitter temporairement leurs locaux.

«Actuellement, il y a des travaux importants qui se déroulent sur trois étages du pavillon Manicouagan. Les travaux étaient en cours depuis quelques semaines, des travaux de réfection majeurs avec une phase de désamiantage», a expliqué la responsable des communications au Cégep de Jonquière, Sabrina Potvin.

Personne ne se trouvait sur les étages concernés. 

Mais à la suite d'une plainte logée à la CNESST en début de semaine, le Cégep de Jonquière a choisi par mesure préventive d'évacuer l'ensemble du pavillon afin d'effectuer des analyses plus poussées.

«Faire des échantillonnages pour aller voir s'il y a présence ou non de traces d'amiante. Malgré que des travaux ont eu lieu sur des lieux ciblés, on a quand même décidé par mesure préventive de fermer tout le pavillon au complet pour nous permettre de faire des échantillonnages sur l'ensemble des lieux», a-t-elle ajouté.

Parce que selon les experts «toute exposition à des fibres d'amiante dans l'air, notamment lors de travaux de rénovation, peut entraîner un risque de cancer ou de maladie pulmonaire chronique. Plus vous êtes exposé, plus ce risque augmente.»

«Avec les travaux, il y a pu avoir des poussières. C'est justement cette teneur-là qu'on veut aller vérifier. S'il y a présence de traces ou non à la suite des manipulations qui ont pu avoir lieu. Nous on ne prend pas de chance. On veut s'assurer qu'on fait tout ce qu'il faut pour protéger nos occupants», a affirmé Mme Potvin.

Résultats concluants

Des analyses ont été effectuées et les résultats sont encourageants. Aucune trace d’amiante n’a été répertoriée sur les autres étages. 

Les travaux pourront donc se poursuivre et les occupants revenir s'installer en début de semaine.

L'opération a quand même nécessité une réorganisation du travail.

Le cégep a rendu des locaux disponibles dans d'autres pavillons pour les accommoder cette semaine. 

D'autres ont préféré le télétravail. 

Les travaux de réfection se poursuivront jusqu’en juin prochain sur les 13 étages de la tour. Ils sont estimés à 4 millions $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.