/news/world/guerre-en-ukraine

L'Ukraine devrait se focaliser sur une vaste contre-attaque, pas sur Bakhmout

L'Ukraine ne devrait pas chercher à défendre coûte que coûte la ville de Bakhmout, théâtre d'une bataille sanglante, et davantage se concentrer sur la préparation d'une contre-offensive d'envergure, a estimé un haut responsable américain vendredi.

• À lire aussi: Les États-Unis désignent le groupe Wagner comme une organisation criminelle internationale

• À lire aussi: Le Kremlin muet sur l'installation présumée de systèmes antiaériens à Moscou

• À lire aussi: Éventuelle livraison de chars allemands à l’Ukraine : décision sous peu, annonce Berlin

Aujourd'hui largement ravagée, la ville de 70 000 habitants avant la guerre est devenue l'épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine, avec des tirs d'artillerie massifs, des avancées lentes et des pertes élevées dans les deux camps.

Bakhmout est également devenue un enjeu politique et un symbole majeur. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu sur la ligne de front en décembre, juste avant son voyage pour rencontrer Joe Biden à la Maison Blanche et s'adresser au Congrès à Washington.

Toutefois, selon ce haut responsable de l'administration de Joe Biden, la priorité donnée aux combats à Bakhmout entrave l'Ukraine dans sa tâche essentielle de préparation d'une offensive stratégique contre les Russes dans le sud du pays au printemps.

A Bakhmout, plus les combats s'inscrivent dans la durée, plus la situation pourrait jouer en la faveur de la Russie qui dispose de ressources d'artillerie plus importantes et d'un avantage numérique en termes de troupes, a-t-il justifié, en parlant sous couvert de l'anonymat et en demandant à ne pas être directement cité.

Le haut responsable américain a ajouté qu'une victoire russe à Bakhmout n'entraînerait pas de tournant significatif dans la guerre, les forces ukrainiennes pouvant se retirer sur des positions plus faciles à défendre.

D'autre part, toujours selon lui, l'Ukraine gagnerait à affecter ces militaires très exposés à des programmes d'équipement et d'entraînement dirigés par les Etats-Unis, afin de former des unités plus techniques et lourdement armées, capables de lancer une offensive dans le sud.

Ce haut responsable a relevé que les armes destinées à une contre-offensive affluaient déjà en Ukraine, notamment plusieurs centaines de véhicules blindés cette semaine - le type d'équipement qui sera nécessaire pour une force offensive mobile.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.