/regional/montreal/lanaudiere

Venue d’ailleurs pour nous soigner: la chance sourit à une infirmière française

Coralie Serien, une jeune infirmière française, a gagné un tirage au sort pour venir travailler ici et prête actuellement main-forte au personnel du département de chirurgie du Centre hospitalier de Lanaudière, près de Joliette.

Photo AGENCE QMI, Simon Dessureault

Coralie Serien, une jeune infirmière française, a gagné un tirage au sort pour venir travailler ici et prête actuellement main-forte au personnel du département de chirurgie du Centre hospitalier de Lanaudière, près de Joliette.

C’est un tirage au sort qui a permis à une jeune infirmière française de venir prêter main-forte au personnel du département de chirurgie du Centre hospitalier De Lanaudière, à Saint-Charles-Borromée, près de Joliette.

• À lire aussi: Une arrivée au pays qui ne manque pas de défis

• À lire aussi: Venu de très loin pour nous soigner: Une soif d’aventure qui le mène en Abitibi

• À lire aussi: Venues de très loin pour nous soigner

Coralie Serien, 24 ans, est arrivée au Québec le 3 octobre. Elle s’est ensuite dénichée une location de chambre dans une maison, à Joliette, malgré la crise du logement.

À peine quelques jours plus tard, elle débutait un stage d’adaptation de 75 jours.

«Ça permet de voir tous les protocoles parce que ça change en fonction des pays», a mentionné Coralie, diplômée de l’Institut de formation en soins infirmiers de Dunkerque, dans le nord de la France, une région où elle a travaillé par la suite.

Un permis en deux mois

La chance lui a d’abord permis d’obtenir rapidement un Permis Vacances-Travail (PVT) de deux ans destiné aux 18-30 ans pour venir travailler au Canada.

«En gros, c’est un tirage au sort et j’ai été choisie, se réjouit-elle. Il y a des gens qui attendent quatre ans, alors que moi j’ai eu le permis en deux mois. Je me dis qu’ils devaient aussi être intéressés par mon profil.»

Ensuite, les démarches ont principalement été faites auprès de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ).

Coralie Serien a dû faire certifier son diplôme, démontrer qu’elle était inscrite à l’Ordre national des infirmiers (de la France) et fournir la liste détaillée des employeurs pour qui elle a travaillé, avec le nombre d’heures et le nombre d’années.

«Moins de pression»

«Il y a moins de pression ici qu’en France, je vois vraiment une différence dans les conditions de travail où on courait partout parce qu’on devait tout faire. Ici, on a les infirmières auxiliaires qui font aussi beaucoup de soins infirmiers. On a vraiment le temps d’être avec le patient.»

Et elle se plaît bien au Québec, malgré le climat hivernal.

«Je viens d’une ville où il fait froid, il neige de temps en temps, mais pas autant qu’ici, a-t-elle constaté. Je pense que je vais rester plus que deux ans.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.