/news/society

Devrions-nous encadrer l’alcool comme le cannabis ?

Cette semaine, le Centre canadien sur les dépendances a émis de nouvelles recommandations quant à la consommation d’alcool, qui est reliée à un risque plus accru de développer des cancers: boire moins, c’est mieux. Devrions-nous encadrer l’alcool comme le cannabis ?

• À lire aussi: Alcool jusqu’à 8h dans les bars: succès pour le projet pilote au Club Soda

• À lire aussi: Défi 28 jours: une pause pour réfléchir à notre relation avec l’alcool

«En matière d’alcool, les consommateurs devraient être tentés de réduire leur consommation puisque boire moins, c’est mieux. On a aussi présenté un continuum de risques. Pour ceux qui prennent un verre ou deux par semaine, les risques sont faibles. Puis pour ceux qui prennent trois à six verres, les risques sont modérés. Il devient élevé pour ceux qui consomment sept verres et plus», explique la Dre Catherine Paradis, directrice associée à la recherche par intérim du CCDUS. 

Et pour ceux qui prennent un verre pour décompresser ? 

«C’est bien correct. Ce que nous proposons n’est pas un mode de vie, mais de l’information scientifique pour que les gens prennent des décisions éclairées pour leur consommation d’alcool», souligne-t-elle.

Le modèle de la SAQ devrait-il être revu, surtout par rapport à sa promotion ?

«Peut-être qu’il faudra revoir ça. À l’OMS, ça fait des années que nous évaluons les politiques les plus efficaces en matière de la promotion de la santé publique. L’encadrement du marketing et de la publicité fait partie des cinq mesures les plus efficaces», décrit Mme Paradis. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.