/news/society

Elle s’enlève la vie à 25 ans : «J’espère vraiment que ma mort aidera à changer les choses»

Les parents d’une jeune femme de 25 ans qui s’est enlevé la vie en décembre dernier dénoncent les propos inacceptables qu’un médecin aurait eus à son endroit à l’urgence. 

• À lire aussi: La coroner en chef ordonne une enquête publique sur la mort d'Amélie Champagne

• À lire aussi: Santé mentale: améliorons l’accès aux psychologues dans le réseau public!

• À lire aussi: Le suicide de Christine Caron provoque un déluge de témoignages

• À lire aussi: Elle s’enlève la vie à 29 ans : «Laura est morte d’un cancer de l’âme»

Christine Caron, qui souffre d’un trouble de personnalité limite, s’est présentée deux fois à l’urgence de l’Hôpital Anna-Laberge de Châteauguay, ont raconté ses parents en entrevue à TVA Nouvelles. 

Une première fois le 10 décembre où elle est restée une nuit. Elle y est ensuite retournée le 11 décembre parce qu’elle n’allait vraiment pas bien. Elle a ensuite obtenu son congé quatre jours plus tard. 

Elle a tenté de s'enlever la vie le 18 décembre et est morte le 21, après avoir été maintenue en vie artificiellement pour le don d'organes. 

La mère de Christine, Isabelle Harvey, se demande si sa fille a réellement été bien soignée. 

La jeune femme a laissé des lettres à ses parents, dans lesquelles elle évoque les propos dérangeants d’un médecin à son endroit. 

«Le médecin lui aurait dit : ''si tu avais voulu te suicider, tu l’aurais déjà fait et tu veux juste faire un show pour attirer l’attention''. C’est ce qu’elle a écrit», rapporte Mme Harvey. 

  • Écoutez l'entrevue Lynda Poirier, directrice générale du Centre de prévention du suicide (CPS) de Québec et présidente du regroupement des CPS du Québec sur QUB radio :

Son père explique que sa fille a écrit une vingtaine de lettres, et dans la dernière, elle dénonce le fait qu’elle n’a pas eu accès aux soins. 

«La 20e lettre, elle l’a écrit pour elle-même», explique son père avec un sanglot dans la voix. 

courtoisie

«Je vais utiliser ses mots à elle. ''C’est triste, il faut faire quelque chose en tant que société pour améliorer l’aide apportée aux gens qui souffrent, aux gens qui ont des troubles de santé mentale. Je suis venue ici de mon plein gré, car mes idées noires étaient devenues insupportables. J’espère que tout changera dans le futur pour toutes les Christine dans le futur, pour toutes les Christine de ce monde qui ont des idées noires et qui veulent juste se faire aider''», lit l’homme à la caméra de TVA Nouvelles.

courtoisie

«J’espère vraiment que ma mort aidera à changer les choses, qu’elles ne resteront pas comme elles le sont présentement», concluait la jeune femme dans sa lettre.   

Actuellement, sur cinq personnes qui se présentent aux urgences pour des problèmes de santé mentale, seulement une est gardée pour être traitée.  

La mère de Christine Caron déplore qu’aucun autre service d’urgence n’existe pour ces personnes qui ont besoin d’être vues en raison de problèmes de santé mentale. 

La jeune femme a choisi de faire don de ses organes. Quatre personnes ont pu en bénéficier. 

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE   

Ligne québécoise de prévention du suicide

www.aqps.info 

• 1 866 APPELLE (277-3553)    

Jeunesse, J’écoute

www.jeunessejecoute.ca 

• 1 800 668-6868    

Tel-jeunes

www.teljeunes.com 

• 1 800 263-2266

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.