/news/law

Une communauté innue poursuit Hydro-Québec pour 2,2 milliards $

LAURENT CORBEIL/AGENCE QMI

Jugeant que la centrale hydroélectrique de Churchills Falls a eu des «impacts dévastateurs» sur leur territoire traditionnel, les Innus de Uashat mak Mani-utenam (UMM) ont entamé une poursuite de 2,2 milliards $ contre Hydro-Québec et de 200 millions $ contre Churchill Falls (Labrador) Corporation Limited (CF(L)Co).

Entamée à la fin des années 60 pour une mise en service en 1971, la centrale a été construite au Labrador «dans le territoire traditionnel des Innus de UMM, et ce, sans le consentement ou sans même la moindre consultation des Innus de UMM», peut-on lire dans une demande introductive d’instance déposée devant la Cour supérieure du Québec vendredi dernier.

La construction du barrage de 5428,5 MW a entraîné plusieurs perturbations sur le territoire, incluant l’inondation de vastes superficies, la construction de plus de 1000 kilomètres de ligne électrique ou encore l’érection de routes et de campements, ont souligné les demandeurs qui jugent que son aménagement et son exploitation «sont illégaux et inconstitutionnels et constituent des violations continues par les défenderesses des droits ancestraux».

«Le Mégaprojet Churchill Falls a eu des impacts dévastateurs sur notre peuple. Hydro-Québec et CF(L)Co se sont illégalement appropriées nos terres afin de profiter pendant des décennies de leur richesse énergétique. Pour être une entreprise responsable, Hydro-Québec doit réparer ses torts et démontrer son respect envers nos terres, notre peuple et nos droits», a réagi le chef des Innus de Uashat mak Mani-utenam, Mike Mckenzie.

Plus de 2,4 milliards $ en dommages

Bien qu’Hydro-Québec ne détient que 34,2 % de la centrale, les Innus jugent qu’elle n’aurait jamais vu le jour sans l’appui de la société d’État, qui achète la grande majorité de l’électricité produite grâce au barrage.

Conséquemment, les Innus d’UMM réclament 2 milliards $ en dommages-intérêts «pour les dommages du passé et les dommages continus», en plus d’un montant de 200 millions $ à titre de dommages exemplaires et punitifs.

En outre, la communauté demande un dédommagement de 200 millions $ à CF(L)Co, l’entreprise qui a construit et qui exploite la centrale.

«Une compensation annuelle équivalant à 12,5 % du 15 % des profits annuels d’HQ à compter du jugement à intervenir» a aussi été réclamée en guise de dédommagement.

La société d’État n’a pas voulu commenter la poursuite vu que le tout est judiciarisé.

«Cependant, nous sommes persuadés que le dialogue qui a cours avec la communauté nous permettra de mettre en place une relation basée sur la confiance», a indiqué un porte-parole, Francis Labbé, en soulignant qu’«Hydro-Québec cherche à développer et entretenir des relations harmonieuses et mutuellement satisfaisantes avec les communautés autochtones dans le cadre des activités liées à ses installations de production hydro-électrique»

Cette poursuite survient alors que Québec doit déjà songer au contrat liant Hydro-Québec à la centrale, qui viendra à échéance en 2041. Actuellement, Hydro-Québec paie à peine 0,2 cent $ par kWh produit à la centrale. En comparaison, les Québécois paient 6,139 cents chaque kWh qu’ils consomment, un montant 30 fois plus élevé.

Les Innus estiment cependant qu’aucune renégociation du contrat ne pourra aller de l’avant sans leur aval.

«Tout arrangement ou toute négociation concernant le futur des installations du Mégaprojet Churchill Falls doit se faire avec notre participation et notre consentement. Sans cela, il sera impossible pour Hydro-Québec d’établir une relation de bonne foi avec notre Nation», s’est exclamé le chef Mckenzie.

Rappelons que les Innus de UMM ont remporté une autre manche contre Hydro-Québec en décembre dernier, lorsque la Cour supérieure a conclu qu’ils n’avaient pas été adéquatement consultés pour la construction d’une ligne électrique visant à alimenter l’aluminerie Alouette à Sept-Îles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.