/news/politics

Chemin Roxham: pas d’annonce en vue pour la visite de Biden

Québec peut bien espérer tirer profit de la présence de Joe Biden au Canada en mars pour finaliser une nouvelle Entente sur les tiers pays sûrs, or, le ministre fédéral de l’Immigration, Sean Fraser, a voulu baisser les attentes mardi.

• À lire aussi: «Le chemin Roxham, basta!» lance Christine Fréchette

• À lire aussi: Nombre record de demandeurs d’asile en décembre

«Nous continuons notre travail avec nos partenaires des États-Unis pour moderniser l’accord, mais je n’ai pas d’attentes pour une annonce [lors de la] visite du président [Biden] [...]», a laissé tomber M. Fraser en mêlée de presse à Hamilton, où le cabinet Trudeau se réunit pour trois jours.

Selon M. Fraser, la situation au chemin Roxham est un «enjeu assez important» qui fera probablement partie des discussions avec les Américains, mais ne serait qu’un enjeu parmi d’autres à régler entre les deux pays.

«C’est un enjeu aussi, mais ce n’est pas le seul enjeu», a-t-il résumé.

  • Écoutez la chronique de Marc-André Leclerc diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio :

Le ministre qualifie les discussions d’«avancées», mais aucun détail concernant les termes de la renégociation n’est révélé au grand jour.

En entrevue avec TVA Nouvelles lundi, la ministre québécoise de l’Immigration Christine Fréchette a pressé le gouvernement libéral de mettre fin à l’impasse.

«Le chemin Roxham, basta!» a-t-elle lancé.

Selon la ministre Fréchette, la capacité de traitement des entrées au chemin Roxham par le gouvernement québécois est complètement dépassée. Approximativement 50 000 entrées de demandeurs d’asile ont été comptabilisées en 2022, un record.

Les coûts liés à l’opération d’envergure se comptent désormais en dizaines de millions de dollars.

Ottawa aide Québec à éponger les frais dans une large mesure, mais l’ensemble des partis à Québec s’entendent pour que la facture soit refilée au gouvernement fédéral, responsable des frontières.

«Je m’attends à ce qu’au terme de cette rencontre, on nous annonce qu’il y a eu renégociation de cette entente-là, et que dorénavant l’entente sur les tiers pays sûrs s’appliquera à l’ensemble de la frontière, et pas juste au point de passage officiel, ce qui est le cas actuellement. C’est une faille dans l’entente, donc il faut corriger ça», disait-elle.

Cela fait maintenant des années que les négociations entre Ottawa et Washington piétinent à ce sujet, et même si le ministre de la Sécurité publique disait à Radio-Canada en début d’année que «c’est une question de mois, pas d’années».

Justin Trudeau avait plus tard tempéré les propos de son ministre, se disant «pas tout à fait aussi optimiste» que lui.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.