/regional/montreal/montreal

Cérémonie indigne : la dernière prière dans le crématorium

Des membres d'une famille dénoncent la façon dont ils ont été traités au cimetière Notre-Dame-des-Neiges à Montréal quand des imprévus qui sont survenus après le décès d'un proche l’ont empêché d’être traité avec dignité. 

Le frère de Richard et d’Élizabeth est décédé subitement d’une crise cardiaque. Il devait être enterré le 17 janvier au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, où un conflit de travail perdure depuis des mois.

 Quelques jours avant, on leur apprend que l’enterrement n’aura pas lieu parce que les employés d’opération sont en grève illimitée. 

Des employés assurent cependant à Richard et Élizabeth que leur frère aura un service funéraire digne de ce nom. 

«Il m'a expliqué: "Non, inquiétez-vous pas, on faire ça beau, on va l'amener dans la chapelle, vous allez avoir votre service là; après ça, il va descendre à travers le plancher dans le reposoir. », explique le frère du défunt. 

Mais la journée des funérailles, après la cérémonie religieuse, rien ne se déroule comme prévu à leur arrivée au cimetière. 

«Il n’y avait pas de chapelle, rien. Ils l'ont rentré dans un garage. Puis même, le prêtre, il était comme surpris. Il dit: "Quoi, ici?"», explique Richard.

Les membres de la famille, proches et amis accompagnés d'un curé sont conduits à l'intérieur du crématorium et ils comprennent que c'est là que se déroulera la dernière prière.

Selon les proches, les fours du crématorium sont d’ailleurs en fonction au moment où ils s’y trouvent. 

«C’était traumatisant pour tout le monde», affirme Richard. 

«Ce n’est pas les derniers moments qu’on espérait», enchaine Élizabeth, la sœur du défunt. 

Par courriel, le porte-parole du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges précise que c’est la maison funéraire, qui, après discussion avec la famille, leur aurait donné son accord pour procéder à cet endroit. Une information que les proches du défunt nient farouchement.

« La maison funéraire ne voulait pas que ses porteurs manœuvrent le cercueil à deux reprises vu son poids. Les représentants de la maison funéraire ont discuté avec la famille et indiqué à nos représentants qu'elle acceptait de se rendre en bas pour accueillir le cercueil dans un lieu inhabituel pour les familles.» 

«Nos représentants ont composé avec une situation très inhabituelle, soit un cercueil pesant plus de 800 lb que la maison funéraire voulait manœuvrer le moins possible. Nous avons fait les meilleurs efforts pour accommoder la famille», explique-t-il.

La famille du défunt, elle, espère qu'une telle situation ne se reproduira plus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.