/news/law

Cycliste happé sur le Plateau: un camionneur coupable de délit de fuite mortel

Un camionneur qui a mortellement happé un cycliste sur le Plateau pour ensuite jeter le vélo et continuer sa route comme si de rien n’était a fait preuve d’aveuglement volontaire, a tranché un juge en le déclarant coupable de délit de fuite mortel. 

• À lire aussi: Cycliste happé sur Le Plateau: «Je me demandais d’où le vélo sortait»

• À lire aussi: Il happe un cycliste et quitte les lieux

«La seule présence du vélo demandait une investigation plus poussée. Ce n’était pas une poubelle ni une branche sous le véhicule, mais bien du matériel appartenant à un humain», a conclu le juge Pierre Labelle avant de rendre son verdict dans le dossier de Brandon Marchand-Bibeau, ce mercredi au palais de justice de Montréal.

Marchand-Bibeau, 26 ans, n’a donc pas été cru quand il a juré qu’il ignorait avoir happé un cycliste à l’angle des avenues du Parc et Mont-Royal, le 27 septembre 2021.

Ce jour-là, l’accusé transportait du gros gravier vers un site de construction à Outremont quand, en plein après-midi, il a écrasé Andrea Rovere, 31 ans, avec son véhicule de plus de 14 tonnes.

Andrea Rovere. Cycliste décédé

Photo tirée de LinkedIn

Andrea Rovere. Cycliste décédé

Selon un expert en reconstitution, le vélo s’est coincé sous le camion, qui a poursuivi sa route sur 300 mètres avant que le conducteur ne s’immobilise. Et après avoir vu le vélo, Marchand-Bibeau s’en est juste débarrassé.

  •  Écoutez la rencontre Gibeault-Dutrizac avec Nicole Gibeault, juge à la retraite au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

«Il a lancé le vélo dans le bois, tout en prenant son temps de façon nonchalante», avait constaté un témoin de la scène.

L’accusé a été arrêté une fois arrivé à destination. Mais si l’enquête a conclu que la mort du cycliste était un accident, le fait qu’il ait quitté les lieux lui a valu d’être accusé de délit de fuite mortel.

Pour Me Franco Montesano de la défense, la preuve démontrait que son client n’avait aucune idée qu’il avait quelque chose à se reprocher, et donc, qu’il ne pouvait pas être reconnu coupable.

«Il a volontairement cherché à ne pas comprendre pourquoi il y avait un vélo, avait rétorqué Me Sylvie Dulude de la Couronne. Le vélo n’est pas apparu des airs comme ça.»

Après une analyse minutieuse de la preuve, le juge a conclu à l’aveuglement volontaire. Marchand-Bibeau reviendra à la cour ultérieurement pour les plaidoiries sur la peine à lui imposer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.