/news/society

Faut-il bannir les parfums? : «12 ans à rester isolée chez-moi»

L’idée de bannir les fragrances de certains lieux fait beaucoup réagir au Québec. Le flambeau est porté par l’administratrice du Collectif Santé sans produits parfumés Ginette Langevin qui est atteinte d’hypersensibilité environnementale et chimique. Mais est-ce que c’est un vrai problème?

Dans une entrevue pour le moins... dynamique via QUB radio, Richard Martineau a posé directement la question à Mme Langevin.

«Quand tu prends le transport adapté, et que le chauffeur a du «Axe» dans ses cheveux, tu ne peux pas rentrer, a-t-elle affirmé. C’est quand même un service essentiel !»

Selon Santé Canada, 3% de la population canadienne souffrirait d’hypersensibilité environnementale et chimique. Maintenant... Qu’est-ce que ça veut dire? Ce serait caractérisé entre autres par une inflammation des bronches. Une crise d’asthme. À noter qu’au Québec, ce n’est pas une maladie reconnue.

«Comment ça se fait que ça existe à l’hôpital d’Ottawa mais pas à Gatineau», a questionné la dame.

La question est lancée. D’ailleurs, selon un expert interrogé par Richard Martineau, toujours à son micro à QUB radio, le Québec est la seule province qui n’interdit pas les fragrances dans les hôpitaux.

Chose certaine, c’est un dossier qui mérite qu’on s’y attarde selon madame Langevin.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.