/finance/homepage

Ruinés par leur nouvelle piscine: des installateurs avides d’argent les menacent

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Deux entrepreneurs, dont un ancien trafiquant de drogue, auraient menacé des clients après leur avoir facturé des dizaines de milliers de dollars en extras lors de l’installation de leur piscine creusée, a appris notre Bureau d’enquête. 

Une douzaine de poursuites civiles, cinq plaintes à l’Office de la protection du consommateur, la police interpellée : plusieurs clients s’estimant floués ont accepté de raconter à visage découvert le calvaire qu’ils ont vécu avec l’entreprise Piscines Élégance et son sous-traitant, Excava-Plus, de Québec. 

  • Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio :

Piscines Élégance est dirigée par Dominic Flamand, un entrepreneur qui a fait trois faillites. Excava-Plus appartient à Patrick Laurendeau, qui a été condamné pour trafic de stupéfiants à la suite d’une vaste opération policière visant à démanteler un réseau de trafiquants de cocaïne et d’ecstasy lié aux Hell’s Angels, en 2005. 

Dominic Flamand (gauche) est propriétaire de Piscines Élégance alors que Patrick Laurendeau (droite) est propriétaire de l'entreprise Excava-Plus.

Photos tirées des pages Facebook de Dominic Flamand et Patrick Laurendeau

Dominic Flamand (gauche) est propriétaire de Piscines Élégance alors que Patrick Laurendeau (droite) est propriétaire de l'entreprise Excava-Plus.

Les clients à qui notre Bureau d’enquête a parlé rapportent tous sensiblement la même expérience : ils ont acquis chez Piscines Élégance une piscine en fibre de verre comprenant l’installation. Excava-Plus s’est chargée de l’excavation.  

Dès le début des travaux, Piscines Élégance évoque des complications, facture des dizaines de milliers de dollars supplémentaires, et ce, sans l’accord préalable des acheteurs, qui n’ont souvent pas eu accès au détail de ces frais additionnels. Plusieurs hésitent à payer ces extras, qui font doubler, tripler, voire octupler la facture initiale.  

Une dizaine de clients s’estimant floués par Piscines Élégance ont accepté de témoigner à visage découvert. Découvrez demain les histoires de Lucie Morin, Simon Comtois, Nathalie Levasseur, Bobby Hamel, Gabriel Marois et Hubert Brulotte.

Photo Didier Debusschère

Une dizaine de clients s’estimant floués par Piscines Élégance ont accepté de témoigner à visage découvert. Découvrez demain les histoires de Lucie Morin, Simon Comtois, Nathalie Levasseur, Bobby Hamel, Gabriel Marois et Hubert Brulotte.

 

Menaces  

C’est alors que le cauchemar commence, rapportent des clients en entrevue (voir autres textes plus bas) : 

  • Roberto Murro, de Longueuil, soutient avoir été menacé de mort devant son frère et son fils parce qu’il ne voulait pas payer les 74 000 $ d’extras.
  • Craignant pour sa sécurité, un couple de Québec qui refusait d’acquitter les 177 000 $ de surplus pour l’installation de sa piscine a porté plainte à la police. 
  • La police est aussi intervenue à Roberval parce qu’un couple refusait de payer les extras facturés par Dominic Flamand, qui est finalement reparti avec la piscine. 

Ceux qui ne règlent pas la facture écopent généralement d’une poursuite ou d’une hypothèque légale sur leur maison, prise en garantie contre leur gré. Ils doivent alors se défendre devant les tribunaux. Plusieurs décident aussi de poursuivre à leur tour Piscines Élégance. 

  • Écoutez l'entrevue avec Charles Tanguay, porte-parole de l’Office de la protection du consommateur à l’émission de Guillaume Lavoie diffusée chaque jour en direct 13 h 35 via QUB radio :

« On n’est pas des fraudeurs » 

En entrevue, le propriétaire de Piscines Élégance nie avoir menacé des clients.

« On n’est pas des harceleurs, on n’est pas des crosseurs. On vend des piscines à tout le monde, tout le monde est satisfait [...] On n’est pas des fraudeurs », a commenté Dominic Flamand, qui dit installer « 175 piscines par été ».

Il assure que les extras facturés étaient justifiés et que les frais supplémentaires ont été détaillés.

« Moi, je n’ai jamais forcé personne, j’ai toujours honoré mes garanties, j’ai toujours fait de belles installations. Y’a jamais de problèmes avec mes piscines », a-t-il plaidé.  

Patrick Laurendeau, d’Excava-Plus, ne nous a pas rappelés.  


LUCIE MORIN ET SIMON COMTOIS, QUÉBEC

Montant du devis initial : 18 300 $ 

Total des extras : 126 600 $ 

Coût total de la piscine : 144 900 $ 


NATHALIE LEVASSEUR ET BOBBY HAMEL, LÉVIS

Montant du devis initial : 34 261 $

Total des extras : 5659 $ 

Coût total de la piscine : 39 920 $ 


GABRIEL MAROIS ET HUBERT BRULOTTE, LÉVIS

Montant du devis initial : 28 160 $

Total des extras : 72 960 $ 

Coût total de la piscine : 101 120 $

– Avec Philippe Langlois 

Un couple porte plainte à la police

Parce qu’une cliente de Québec refusait de payer les dizaines de milliers de dollars facturés en extras par Piscines Élégance, l’excavateur et ancien trafiquant de drogue Patrick Laurendeau – assis sur la pelle mécanique – l’aurait menacée de repartir avec la piscine.

Capture d’écran d’une vidéo fournie par Emmanuelle Brousseau

Parce qu’une cliente de Québec refusait de payer les dizaines de milliers de dollars facturés en extras par Piscines Élégance, l’excavateur et ancien trafiquant de drogue Patrick Laurendeau – assis sur la pelle mécanique – l’aurait menacée de repartir avec la piscine.

 

Un couple de Québec a porté plainte à la police après avoir été menacé par Dominic Flamand et Patrick Laurendeau, l’été dernier.

Parents de quatre enfants, Patrick Lachance et Emmanuelle Brousseau ont retenu les services de Piscines Élégance pour l’installation de leur piscine creusée et leur terrassement. 

Au bout de plus de deux semaines de travail, Dominic Flamand aurait réclamé 177 000 $ en extras, qui devaient s’ajouter aux 95 000 $ déjà payés par le couple. Il aurait exigé 40 000 $ sur-le-champ, sans quoi il quittait les lieux sans terminer les travaux et menaçait de prendre la maison en garantie. Patrick Laurendeau, le propriétaire d’Excava-Plus, se serait aussi emporté. 

« J’m’en va chercher ma pelle, a sort du trou ta piscine [...] Moi j’ai les reins solides. Moi j’en ai d’l’argent. La piscine qui est là, est à moi ! », a hurlé Patrick Laurendeau, capté par une caméra de surveillance.

Insultés devant leurs enfants

Le couple a appelé la police une première fois. Les deux entrepreneurs ont quitté les lieux, mais seraient revenus quelques jours plus tard avec des employés pour filmer et insulter leurs clients. « Criss de crosseur », « piscine pas payée », « trou de cul » : le couple affirme s’être fait crier des bêtises alors qu’ils étaient avec leurs enfants. 

Patrick Lachance et Emmanuelle Brousseau ont rappelé la police. MM. Flamand et Patrick auraient quitté les lieux avant leur arrivée. Piscines Élégance leur a ensuite fait parvenir une mise en demeure de plus de 165 000 $, en plus d’entreprendre des démarches pour obtenir une hypothèque légale.

« On va peut-être tout perdre à cause d’une piscine », se désole le père de famille. 

Questionné sur ce dossier, Dominic Flamand a souligné que la piscine n’avait pas été retirée et qu’il avait « laissé la chance » au client de « continuer ».  


PATRICK LACHANCE, QUÉBEC

Montant du devis initial : 95 000 $

Total des extras : 177 000 $ 

Coût total de la piscine : 272 000 $ 

Il part avec la piscine et récolte une poursuite 

Le propriétaire de Piscines Élégance fait face à une poursuite de près de 110 000 $ pour être reparti avec une piscine creusée qu’il avait vendue à un couple de Roberval. 

Pierre-Samuel Larouche et Camille Gauthier ont acheté en avril 2022 une piscine en fibre de verre pour quelque 37 800 $, installation incluse, selon des documents judiciaires. 

Les travaux débutent en mai. Alors que le couple a déjà acquitté plus de 33 000 $ de la facture, Piscines Élégance aurait réclamé plus de 21 000 $ en extras, en plus de montants additionnels pour les frais de séjour de ses employés.  

Dominic Flamand aurait menacé le couple à plusieurs reprises d’arrêter le projet si ces extras n’étaient pas payés. La police est même intervenue. En raison des menaces et craignant de perdre leur piscine, les clients ont versé 15 000 $, peut-on lire dans la poursuite. 

Quelques jours plus tard, M. Flamand aurait réclamé 40 000 $ supplémentaires, sans quoi il mettait sa menace à exécution. Le couple a refusé de se plier à cette demande.  

Pas de menaces, dit-il

L’excavateur Patrick Laurendeau aurait alors déclaré à Dominic Flamand : « Tu viens de te faire une piscine gratis ». 

Piscines Élégance serait passé de la parole aux actes en partant avec le bassin et ses accessoires, des biens qui avaient été payés, selon le couple, qui réclame à Flamand et à son entreprise plus de 107 350 $. 

En entrevue téléphonique, Dominic Flamand affirme qu’il n’y a pas eu de « menaces de mort » ni « d’altercation » dans ce dossier et affirme que ses avocats lui ont conseillé à l’époque de « sortir la piscine du trou » et de partir avec, parce qu’il n’aurait « jamais de chèque ».  

« Ces clients-là, qui ont commencé à faire des travaux et qui n’avaient pas les moyens de le faire, c’est ceux-là qui vous appellent aujourd’hui et qui trouvent ça épouvantable. Parce que moi, je suis en cour aujourd’hui avec eux, et c’est pas mal sûr que je vais gagner », a-t-il soutenu.  


 

PIERRE-SAMUEL LAROUCHE ET CAMILLE GAUTHIER, ROBERVAL

Montant du devis initial : 37 480 $

Total des extras : 91 952 $

Coût total de la piscine : 129 432 $  

Père de famille menacé de mort 

Un père de famille de Longueuil dit avoir été menacé de mort et avoir craint pour sa sécurité après avoir fait affaire avec Piscines Élégance. 

« J’ai toujours dit à mon garçon et mon frère : s’il m’arrive de quoi, tu sais c’est qui », soutient Roberto Murro, en entrevue avec notre Bureau d’enquête. 

L’homme a engagé l’entreprise de Dominic Flamand en 2020 pour réparer son bassin défectueux au coût de 21 000 $. Mais dès le début des travaux, des « vices cachés » découverts par Piscines Élégance auraient fait grimper la facture à 95 000 $. 

Jugeant cette somme extravagante, Roberto Murro a d’abord refusé de payer. Dominic Flamand lui aurait dit, devant deux membres de sa famille qui ont signé des déclarations à cet effet : « T’es bien mieux d’appeler 50 policiers parce que quelqu’un va mourir aujourd’hui », peut-on lire dans un document judiciaire. 

M. Murro assure que Patrick Laurendeau, d’Excava-Plus, était présent lors de cette menace. Craignant pour sa sécurité, Roberto Murro aurait consenti « sous pression » à ce que Piscines Élégance termine les travaux pour 95 000 $, poursuit le document.  

Facture surprise 

Trois jours après l’installation du bassin, Piscines Élégance renvoyait à son client une autre facture de près de 33 000 $. Cette fois, M. Murro, qui estimait la « manœuvre frauduleuse », n’a pas payé.  

En 2021, Piscines Élégance levait une hypothèque légale sur sa résidence, qu’il prenait ainsi en garantie. Roberto Murro a contesté et a poursuivi à son tour Piscines Élégance pour 15 000 $. Le dossier s’est réglé à l’amiable et le client a versé 20 000 $, au bout de plusieurs mois de procédures. « Je voulais juste acheter la paix », se résigne-t-il.  

Dominic Flamand a nié avoir menacé ce client. « Jamais j’ai dit ça. Ça fait 15 ans que je suis en business, jamais je parle de même à un client. Jamais, jamais dans cent ans ! », s’est-il défendu en entrevue téléphonique. 

ROBERTO MURRO, LONGUEUIL

Montant du devis initial : 21 600 $

Total des extras : 87 000 $

Coût total de la piscine : 108 000 $

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.